Le modèle économique qui fait rêver tous les pros du marketing, c’est l’abonnement. Une fois que le client a accepté le principe du prélèvement bancaire tous les mois ou tous les ans, il ne fait plus attention à ce qui lui est facturé pour le service ou le produit auquel il s’est abonné.

Le modèle économique qui fait rêver tous les pros du marketing, c’est l’abonnement. Une fois que le client a accepté le principe du prélèvement bancaire tous les mois ou tous les ans, il ne fait plus attention à ce qui lui est facturé pour le service ou le produit auquel il s’est abonné. 

C’est ce que Disney + et Netflix ont bien compris, en augmentant sournoisement pendant l’été leurs tarifs d’abonnement standard.

Chez Disney, le prix passe de 6,99 € à 8,99 € par mois, mais avec la promesse de contenus supplémentaires.

Chez Netflix, le prix de base passe de 7,99 € à 8,99 €, et le forfait le plus souscrit, qui donne accès à deux personnes simultanément en HD, passe de 11,99 € à 13,99 €.

Vu comme ça, 2 euros par mois, ce n’est pas la cata. Sauf que 2 euros en plus par mois sur un an, ça fait 24 euros. Si l’on est abonné à deux services de streaming, dont les tarifs augmentent en même temps, c’est 50 euros en plus à la fin de l’année.

Il n’y a pas que les abonnements aux services télé qui augmentent. Du côté de la presse écrite, dont on peut dire qu’elle est l'inventeur de l’abonnement, ça bouge aussi pas mal, parfois sournoisement. Je suis choqué de voir des offres promettant 50 % de réduction ou plus par rapport au prix du journal ou du magazine en kiosque, avec la mention microscopique dans un coin de la pub “le premier mois”. C’est vraiment prendre les consommateurs pour des imbéciles.

Conclusion de tout cela : à l’occasion de la rentrée, faites le point sur vos abonnements. Pour faire des économies, supprimez-en un, deux ou trois. 

Minute eco 24 août
Minute eco 24 août
Crédit: Minute eco 24 août
I