Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Bientôt la fin du Fort Boyard ?

05 mai 2017 à 10h02 Par Rédaction

Le célèbre monument militaire pourrait bientôt disparaître…

Connu du Monde entier, grâce au célèbre jeu télévisé, diffusé sur France 2 depuis le 7 juillet 1990, le Fort Boyard est avant tout un emblème de la Charente Maritime (L’émission a été vendue dans plus de 34 pays). On connaît tous le Père Fourras, Passe-Temps, Passe-Muraille, Passe-Partout, La Boule ou encore Félindra… mais ils ne font parti que des paillettes et du beau côté du Fort Boyard. Derrière l’écran, c’est une toute autre histoire … L’ancien fort militaire, posé sur un banc de sable entre l’île d’Aix et l’île d’Oléron est en danger. Le monument s’est beaucoup fragilisé au fil des années.

Construit sur ordre de Napoléon en 1803, c’est le Roi Soleil, qui en avait longtemps rêvé. La construction du Fort ne s’est achevée que 54 ans plus tard en 1857. Le monument aurait pu rester inutilisé, mais une production audiovisuelle s’est intéressée à ce lieu atypique, et un partenariat a été créé entre les promoteurs du jeu et le département de la Charente-Maritime. Cela permet ainsi au département, de se faire à moindre coût, de la publicité à l’internationale et cela rapporte par la même occasion de l’argent à la collectivité.

 Du côté des finances…

L’entretien du Fort Boyard coûte cher au département. Environ 400 000€ par an. Deux millions d’euros ont été investis en 2015 pour la création d’une plate-forme d’accès. Et de nouveaux projets sont en cours comme la création d’un héliport et la mise en place de l’autonomie énergétique du Fort Boyard. Mais le département craint de devoir augmenter le budget alloué à ce monument historique. En effet, des « fissuromètres » ont été installés sur les murs… et ils ont révélé que le Fort se dégrade peu à peu. En cause : les grandes vagues et les vents, qui viennent fragiliser les pierres, et décalent les murs. Aussi, la face nord de l’édifice est en grand danger actuellement, car elle n’est plus protégée par une barrière rocheuse.

 

Par Lucie CLAUSSIN