Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Champignons : les intoxications alimentaires en hausse cette année

07 novembre 2019 à 07h20 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Soyez vigilants lors de la cueillette des champignons.
Crédit photo : Pixabay

Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté… Aucune région n’échappe cette année à la hausse des intoxications alimentaires due aux champignons.

Vous êtes certainement partis à la cueillette des champignons, ces dernières semaines. Il faut dire que la météo est idéale ! Attention, on déplore de nombreuses intoxications alimentaires cette année, une personne est même décédée dans les Deux-Sèvres. Plus d’une centaine de cas d'intoxications ont été relevés en octobre en Pays de la Loire, principale région concernée, dont une vingtaine dans la Sarthe et le Maine-et-Loire ; quatre-vingt en Bourgogne-Franche-Comté ; une cinquantaine en Centre-Val de Loire depuis début octobre, principalement en Indre-et-Cher et dans le Cher. Y’a-t-il une raison particulière cette année ? La réponse de Gaël le Roux, pharmacien-toxicologue au centre anti-poison d’Angers :

 

Écouter le podcast

 

La plupart des intoxications relevées pour le moment sont sans gravité. Aucun décès n’est à déplorer. Mais les centres anti-poison appellent à la vigilance, dès les premiers symptômes : des troubles digestifs, vomissements et diarrhées, poursuit Gaël Le Roux :

 

Écouter le podcast

 

Quelques conseils

Quels réflexes adopter en cas d’intoxication due aux champignons ? Contacter un centre anti-poison et bien s’hydrater. Si l’intoxication est violente, il faut en revanche appeler directement les secours, rappelle le pharmacien-toxicologue angevin :

 

Écouter le podcast

 

Enfin, le mieux reste bien sûr d’éviter l’intoxication. Pour cela, ne cueillez que les champignons que vous totalement sûrs d’identifier. En cas de doute, un spécialiste (pharmacien, association mycologique) pourra vous renseigner.

 

Écouter le podcast

 

Au mois d’octobre, 500 cas d’intoxications alimentaires avaient été recensés en France en l’espace de seulement deux semaines.