Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Charente : Les buralistes furieux bâchent les radars

21 juillet 2017 à 06h35 Par Benoit Billot

La hausse du paquet de cigarettes à 10 euros a provoqué la colère des buralistes. Pour protester, ils ont bâché avec des sacs poubelle les radars automatiques.

Voir le paquet de cigarettes atteindre la barre des 10 euros, ne fait pas plaisir à tout le monde. Les buralistes n’ont guère apprécié la nouvelle mesure par l’Etat. Afin de montrer leur colère, ils ont pris le problème à bras le corps. L’action coup-de-poing s’est faite dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 juillet à l’aide de sacs-poubelle. Ils les ont mis sur quatorze radars automatiques.

Le projet confirmé mercredi

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, y pensait depuis le début de ses fonctions. Son désir a été désormais exaucé. Le projet du paquet de cigarettes à 10 euros a été confirmé le mercredi 19 juillet par le ministère. La confédération des buralistes de la Charente s’est donc rebellée dans plusieurs communes du département : à Maine-de-Boixe, Villegats, Saint-Yrieix, Sainte-Catherine ou encore La Couronne.

Le porte-parole des buralistes du département a précisé que cette hausse de 3 euros, juste avant les vacances, laissait présager un mois de septembre catastrophique. Selon lui, les fumeurs iront chercher leurs cigarettes chez leurs homologues espagnols. 30% du tabac est acheté sur les marchés parallèles, notamment du côté d’Andorre.

Depuis 2003, plusieurs augmentations des paquets de cigarettes mais aussi de tabac à rouler, n’ont cessé d’accroître.

Des actions en Nouvelle-Aquitaine

Si on s’est mobilisé en Charente, c’est le cas également dans les grandes villes notamment du côté de Toulouse (Haute-Garonne). Le même soir, la même action a été adoptée par leurs voisins toulousains. Des banderoles ont été déployées vers l’aéroport Toulouse-Blagnac : ‘’supprimer les buralistes ne fera pas baisser le tabagisme’’. Les buralistes ne comptent pas rester les bras croisés à ne rien faire. Des manifestations sont prévues dans le Pays Basque, du côté de l’Allemagne mais aussi de la Belgique.