Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Cher : les parents d'Arthur Noyer demandent la vérité à Nordahl Lelandais

19 février 2018 à 09h52 Par Diane Thibaudier
Crédit photo : Google Streetview - Hôpital Vinatier Lyon

Le meurtrier présumé de la petite Maelys, Nordahl Lelandais, est aussi mis en examen dans une autre affaire : la disparition et la mort d'Arthur Noyer en avril dernier. Les parents du Berruyer lui réclament la vérité.

"Si vous êtes l'auteur de l'assassinat de notre fils Arthur, que son visage hante vos jours et vos nuits jusque dans l'éternité." Voilà commence la lettre des parents d'Arthur Noyer afin de savoir la vérité. Les parents du militaire berruyer retrouvé mort il y a quelques semaines à Chambéry, ont adressé un courrier à Nordahl Lelandais sur Facebook.

Ils demandent au meurtrier présumé de dire la vérité sur la disparition et la mort de leur fils, Arthur Noyer. Nordahl Lelandais a été hospitalisé en psychiatrie vendredi soir, dans un hôpital lyonnais, pour un état dépressif. Et la famille du militaire berruyer craint que le meurtrier présumé de leur fils ne mette fin à ses jours et qu'il n'explique jamais les circonstances de la mort d'Arthur Noyer. Ses parents évoquent le silence du mis en cause et espèrent que Nordahl Lelandais fera des aveux dans l'affaire Arthur Noyer comme il l'a fait récemment dans celle de la petite Maelys.

Que le personnel hospitalier le surveille bien

Dans cette lettre, la famille du jeune chasseur alpin s'adresse ensuite au personnel de l'établissement psychiatrique du Vinatier dans lequel Nordahl Lelandais est hospitalisé. Les parents lui demandent de bien surveiller le meurtrier présumé, pour qu'il ne puisse pas fuir "lâchement" ses responsabilités.

Pour rappel, le jeune militaire originaire de Bourges avait disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 aux alentours de Chambéry. Au mois de janvier, des ossements avaient été découverts en Savoie, à l'endroit où un crâne avait déjà été retrouvé. Selon les analyses pratiquées, il s'agissait bien des restes d'Arthur Noyer.