Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Consentement sexuel : Blanquer est favorable à l’âge minimum de 15 ans

28 novembre 2017 à 11h06 Par Benoit Billot
Crédit photo : Wikipedia

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a évoqué le sujet du consentement sexuel des mineurs. Il s’est dit favorable à l’âge minimum à 15 ans.

C’est un sujet particulièrement délicat qui doit être abordé prochainement au Parlement : l’âge minimum de consentement à un acte sexuel. Ce lundi 27 novembre, au micro de nos confrères de France Inter, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, a réagi sur ce sujet. Ce dernier a déclaré : "Il est normal que le droit fixe des points de repères. On est sur une question de protection des enfants et des adolescents et je pense que 15 ans n’est pas un chiffre erroné, je pense que c’est assez juste.’’ Le Premier ministre a lui estimé qu’il y avait un réel besoin d’un débat.

L’avis d’Emmanuel Macron partagé

Lors d’un entretien politique le samedi 25 novembre, le Président de la République a évoqué ce sujet relativement sensible lors de son discours sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Il a plaidé pour fixer à l’âge de 15 ans le consentement sexuel des mineurs. Un avis qui a donc été partagé par le ministre de l’Education.

Deux affaires de justice

Jean-Michel Blanquer a été interrogé sur ce débat en raison de deux dossiers récents difficiles à traiter et qui font polémique. Début novembre dernier, un homme de 30 ans a été accusé de viol sur une mineure de 11 ans. Il a finalement été acquitté par la cour d’assises de Seine-et-Marne. Les raisons s’appuyaient sur la non-contrainte, menace, violence ou surprise. Plus récemment, un professeur de mathématiques de 31 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Fontainebleau. Il vivait une relation amoureuse avec une collégienne de 14 ans. Il écope de 18 mois de prison ferme, mais a été relaxé du chef de corruption de mineur de moins de 15 ans. L’homme à la barre a reconnu sa faute et a avoué avoir dérapé, n’ayant aucune excuse à ce sujet.