Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Covid : volontaires pour tester un vaccin ?

01 octobre 2020 à 10h15 Par Iris Mazzacurati
Les candidats recevront soit le vaccin, soit un placebo.
Crédit photo : Pixabay - photo d'illustration

L'INSERM recherche 25 000 candidats pour participer aux tests cliniques des différents projets de vaccins contre le Covid-19.

Vous êtes volontaires pour tester les vaccins de demain contre le Covid ? L’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a mis en ligne la plateforme Covireivac.fr pour recruter 25 000 candidats aux essais cliniques qui débuteront entre la fin décembre et le début 2021. L'objectif est que la France puisse tester un ou plusieurs des 300 projets de vaccin actuellement développés dans le monde.

Répondez-vous à l'un de ces critères ?

- Vous avez 18 ans et plus, voire bien plus... 65 ans, 80 ans ? Les seniors sont bienvenus puisque les chercheurs ont besoin d’un large panel de population. Et en particulier, ceux susceptibles d’être les plus fragiles face au Covid.

- Vous avez des comorbidités ? Diabète, maladie cardiaque, maladie respiratoire... C’est encore mieux !

- Vous êtes particulièrement exposé en étant régulièrement en contact avec le public.

- Si vous avez déjà eu le Covid-19.

Dérouler des essais cliniques

Les candidats au test recevront une ou plusieurs injections. Certains recevront le vaccin, d’autres un placebo, mais ni les uns ni les autres ne sauront ce qui leur a été injecté.

Une certaine disponibilité est requise. Si vous n'êtes gardé en observation qu'entre 30 minutes et 4 heures après l’administration du vaccin, vous serez quotidiennement suivi la première semaine, puis une fois par semaine le mois suivant. Plus tard, un dispositif de suivi sera mis en place avec l’Agence nationale de Sécurité du médicament (ANSM) et des médecins généralistes pour s’assurer de l’innocuité du vaccin sur le long terme. Rien cependant qui soit incompatible avec votre vie professionnelle, sociale ou familiale.

Ce qui vous sera demandé, c’est d’être à l’écoute d’éventuels signes cliniques, de symptômes...

Une indemnisation de quelques dizaines d’euros est prévue, mais les volontaires ne viendront certainement pas pour cela.