Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Deux-Sèvres : la permanence du député Jean-Marie Fievet à nouveau dégradée

01 août 2019 à 16h49 Par Alicia Mechin
Crédit photo : Google Maps

Pour la deuxième fois, en moins de deux semaines, la permanence du député Jean-Marie Fievet, basée à Bressuire dans les Deux-Sèvres, a été dégradée. Le député LREM assure qu’il ne cèdera pas aux intimidations.

Depuis quelques jours, les députés LREM voient leurs permanences prises pour cible, par des opposants au CETA, ce traité de libre échange entre l’Union Européenne et le Canada. Il a été ratifié à l’Assemblée Nationale le 23 juillet dernier.

Depuis, une vague de dégradations a lieu partout en France. Les anti-CETA s’en prennent aux députés qui ont voté pour ce traité. C’est le cas de Jean-Marie Fievet, député des Deux-Sèvres. Le 24 juillet dernier, le trottoir de sa permanence parlementaire a été tagué. De nouvelles dégradations ont été opérées dans la nuit du 31 juillet au 1eraoût, pour la seconde fois. « Cette dégradation renouvelée montre une nouvelle fois l’incapacité de ses auteurs à avoir un dialogue constructif et apaisé, préférant les délits nocturnes », déclare sur Facebook Jean-Marie Fievet, avant de conclure : « Je ne cèderai pas face aux intimidations. Je fais le choix clair et assumé d’écouter, de proposer et d’agir selon ce que je pense être bon pour notre société. La majorité parlementaire n’abdiquera jamais face aux violences ». 

Ces dégradations ne sont pas un acte isolé. Dernier exemple en date : dans le 17e arrondissement de Paris, la permanence du délégué général de La République en marche, Stanislas Guerini, a été taguée la nuit dernière. Des messages contre le traité de libre-échange CETA ont été tagués. Une plainte du député de Paris va être déposée.