Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Haute-Vienne : La grève de la surveillance du bac aura bien lieu

07 juin 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : PXhere

Une intersyndicale d’enseignants a lancé un appel à la grève de la surveillance des épreuves du baccalauréat le 17 juin prochain, pour l’épreuve de philosophie. Objectif : protester contre les réformes souhaitées par le ministre de l’Education nationale.

J – 10 avant le début du baccalauréat. Cette édition 2019 devrait être mouvementée puisqu’un appel à la grève de la surveillance des épreuves a été lancé par une intersyndicale d’enseignants. Pour elle, cette grève est une modalité exceptionnelle qui se veut à la hauteur de la gravité de la situation. La décision prise au terme d’un processus de mobilisation qui dure depuis plusieurs semaines de la part des élèves, parents et professeurs qui dénoncent les réformes de la loi Blanquer. Ils protestent contre les réformes du lycée et du bac ou encore l’école de la confiance et contre l’absence de réaction du ministre de l’Education nationale. A quoi doit-on s’attendre si la grève prend forme durant les épreuves du bac ? Question posée à Patrice Arnoux, secrétaire académique du SNES-FSU en Limousin :

Écouter le podcast

Cette grève de la surveillance du bac semble être le produit de la politique menée depuis deux ans par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Mais concrètement, quels sont les points de la réforme du bac qui posent problème ?

Écouter le podcast

Aujourd’hui, l’intersyndicale qui appelle à la grève, réclame une réunion autour d’une table entre les différents protagonistes. Pour discuter des réformes avec le ministre mais aussi pour revenir avec lui sur d’autres aspects qui posent problème comme la plateforme Parcoursup qui enchaîne les couacs depuis sa mise en place. Pour ça aussi, les syndicats réclament du changement et vite :

Écouter le podcast

Mais toujours selon Patrice Arnoux, le ministre fait la sourde oreille et préfère s’appuyer sur une autre stratégie, celle de la démobilisation des élèves et leur désinscription de la plateforme. 40 000 étudiants supplémentaires sont attendus à l’université chaque année jusqu’en 2025. Mais les moyens financiers ne sont pas mis en place pour pouvoir les accueillir.

Le baccalauréat démarre le 17 juin prochain avec l’épreuve de philosophie. Reste à savoir si la grève des enseignants aura une incidence sur son bon déroulement.