Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

La Charente accueille de nouveaux migrants

10 mai 2017 à 12h41 Par Rédaction

En Charente, plusieurs villes accueillent depuis quelques années des migrants. C'est le cas à Ruffec, où presque 2% de la population en font partie. Ces nouveaux arrivants font polémique...

Après la jungle de Calais qui a été démantelée en octobre 2016, l’Etat français et les autorités s’attaquent au démantèlement des autres camps de migrants, en plein air, et notamment en région parisienne. Lundi, un camp a d’ailleurs été évacué par les forces de l’ordre à la Porte de la Chapelle. 1600 migrants ont dû partir de ce camp. Une partie des personnes qui l'occupaient, a été transféré en Charente, à Ruffec. En tout, 21 migrants ont rejoint hier en fin de journée l’ancienne maison de retraite du boulevard des Grands Rocs. Ils sont d’origine Afghane, Ivoirienne, Libyenne et Erythréenne. Désormais, ils sont 70 au total. 49 migrants étaient déjà arrivés à l’automne en provenance de la jungle de Calais.

Mesures en place :

Pour aider ces personnes nouvellement arrivées en France, des cours de français ont été mis en place. Ils seront aussi assistés dans les démarches administratives, pour pouvoir monter un dossier de demande d’asile. Le CAO de la ville (Centre d’accueil et d’orientation) les accompagnera au quotidien. Ils sont aussi accompagnés par l’association Audacia.

Polémiques :

Mais les services d’aides proposés aux migrants posent problème. En effet, cela prend beaucoup de temps. Dernièrement les quarante-neuf migrants arrivés en premier à Ruffec étaient en grève et ne participaient plus aux cours de français, ni aux sorties et aux matchs de football. La raison : un sentiment d'être oublié par les administrations qui mettent du temps à traiter leurs dossiers. Auparavant, selon les accords de Dublin, les migrants devaient faire leurs démarches, depuis le pays d’entrée dans l’Union Européenne. Cette procédure a évolué il y a 2 mois ; toutes les demandes d’asile peuvent actuellement être effectuées en Fance.

 

Par Lucie CLAUSSIN