Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

La pilule a moins la cote chez les françaises

25 septembre 2017 à 16h07 Par Benoit Billot

La pilule est de moins en moins prise par les françaises. Elle reste tout de même le moyen de contraception le plus utilisé aujourd’hui.

Pourquoi un tel désamour envers la pilule de nos jours, en 2017 ? D’après les dernières données du baromètre santé de la Santé publique France, elles ne sont plus que 33,2% des femmes à prendre la pilule en 2016 comme moyen de contraception. En 2010, elles étaient plus nombreuses avec plus de 40% des femmes.

Encore la côte chez les jeunes filles

Si l’on constate que le chiffre a baissé par rapport aux femmes qui prennent la pilule, le nombre reste tout de même en hausse sur une certaine tranche d’âge. C’est le cas d’ailleurs chez les plus jeunes, les 15-19 ans prennent d’avantage la pilule. On compte 60,4% d’entre elles. Chez les 20-24 ans, on est aussi rigoureux avec 59,5%. Puis, plus on monte dans les âges, plus les chiffres diminuent. 47,8% chez les 25-29 ans et 35,4% chez les 30-34 ans.

Le scandale de 2012

Depuis 5 ans, les femmes sont plus réticences à la pilule. En cause, une jeune femme avait porté plainte contre un laboratoire pharmaceutique en 2012. Elle avait été victime d’un accident thromboembolique veineux alors qu’elle prenait une pilule oestroprogestative de troisième génération. Cette jeune femme qui avait 18 ans au moment des faits, était tombée dans le coma pour ne se réveiller que trois jours après hémiplégique et aphasique. Il lui aura fallu plusieurs mois de rééducation pour retrouver l’usage de ses jambes et de la parole. La polémique créée en 2012 avait suscité plusieurs questionnements sur la pilule de quatrième génération également.

Une préférence pour le stérilet et le préservatif

Concernant le stérilet, il a de plus en plus la côte auprès des femmes âgées de 20-29 ans. Entre 2010 et 2013, la hausse est de 5,5 points. Le préservatif est lui aussi d’avantage utilisé passant de 9% à 19% entre 2010 et 2016.