Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Le Secours Populaire de Poitiers de nouveau cambriolé

14 septembre 2017 à 08h37 Par Lucie Claussin

Le directeur et les bénévoles sont désemparés...

Dans la Vienne, le Secours Populaire de Poitiers a été de nouveau cambriolé. Les locaux, qui se trouvent dans le quartier des Couronneries ont été visités dans la nuit de mardi à mercredi. Les voleurs ont forcé une fenêtre au pied de biche pour s’introduire dans l’établissement. Pour atteindre la fenêtre, ils se seraient aidés de caisses du centre de loisirs voisin pour escalader.

Les bureaux ont été laissés sans dessus-dessous…

Tout a été retourné à l’intérieur des locaux. Le préjudice est estimé à 2000 euros selon le directeur . Du liquide, une partie de la recette de la braderie, des chèques cadeaux d’une valeur de 40 euros et des chèques vacances ont été dérobés. Seul petit réconfort pour les bénévoles de l’association, les appareils électroniques (ordinateurs portables, appareils photos, téléphones… ) n’ont pas été emportés. De plus, 3500 euros avaient été déposés à la banque la veille. Les cambrioleurs, connaissaient visiblement les lieux d’après les enquêteurs, ils savaient où chercher pour trouver l’argent. Les investigations se poursuivent donc en interne principalement.

Le pied de biche a été laissé dans le bureau du directeur. Un élément qui devrait aider les enquêteurs à remonter jusqu’aux coupables. La police scientifique doit se rendre sur les lieux à Poitiers pour effectuer des prélèvements et récolter des preuves.

En l’absence de tiroir-caisse, le magasin de l’association a dû être fermé toute la matinée d’hier.

Un cas qui n’est pas isolé :

Ce n’est pas la première fois que les bureaux de l’association sont victimes de malfaiteurs. Le 17 octobre 2016, des denrées alimentaires ainsi qu’un téléphone portable avaient été volés. En novembre 2016 aussi, un cambriolage avait eu lieu.

Les dirigeants de l’antenne de l’association sont démunis, puisqu’ils n’ont pas les moyens d’investir dans des coffres.