Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info générale

Les femmes travaillent gratuitement depuis 11h44 ce vendredi

03 novembre 2017 à 16h38 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

D’après l’association féministe Les Glorieuses, les femmes travaillent gratuitement ce vendredi depuis 11h44. La raison s’expliquent par l’écart de salaires avec les hommes.

Une lettre d’information féministe de l’association Les Glorieuses milite pour l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. D’après ses calculs, les femmes travaillent gratuitement depuis 11h44 ce vendredi 3 novembre. Un constat qu’elle relève de nouveau, puisqu’elle admet que l’écart de salaire entre les hommes et les femmes ne fait qu’augmenter au fil des années.

Appel à la mobilisation

Afin de lutter contre cette journée de gratuité d’après l’association, les féministes ont opté pour la même méthode que l’année passée. Elles appelaient aux rassemblements ou à la signature d’une pétition. Des messages ont été diffusés sur les réseaux sociaux avec le #3novembre11h44. L’année dernière, c’était le 7 novembre à 16h34 que l’appel avait été relayé par Les Glorieuses.

Comment ont-elles calculé ?

D’après Les Glorieuses, ‘’Il y a un recul de l’égalité salariale en France. La sphère privée influe sur la sphère publique (interruptions de carrière, temps partiel pour réaliser des tâches privées) ; une répartition au niveau des études supérieures, des métiers et des postes à responsabilité ; une internalisation des stéréotypes ; des inégalités devant les négociations salariales… alors que les femmes sont plus diplômées que les hommes’’.

À vrai dire, elles se sont reposées sur les chiffres de l’organisme européen de statistiques Eurostat. On peut lire que les femmes employées dans l’industrie gagnaient beaucoup moins qu’un homme en 2015, soit un salaire horaire brut inférieur de 15,8% en moyenne. En outre, cela représente près de 40 jours ouvrés de salaire en moins. Les Glorieuses publiaient également dans leur lettre : ‘’Nous pouvons toutes et tous promouvoir l’égalité salariale à notre échelle, insistent cependant Les Glorieuses. Nous avons identifié trois niveaux d’action : l’individu, les entreprises et les politiques publiques’’.

L’association a même lancé une forme de campagne sur les réseaux sociaux à propos de ce vendredi 3 novembre.