Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Limoges : la mairie porte plainte pour l'ouverture d'une bouche incendie

16 juin 2017 à 14h02 Par Rédaction

La mairie de Limoges est en colère. Elle a porté plainte auprès de la gendarmerie suite à l'ouverture d'une nouvelle bouche incendie ce mercredi 14 juin.

C’est une douche froide qu’inflige la mairie de Limoges à ses habitants. Elle a porté plainte contre une nouvelle ouverture d’une bouche incendie récemment. Les faits se sont déroulés rue Joliot-Curie, dans le quartier du val de l’Aurence. Une trentaine de personne s’était amassé autour de la bouche incendie afin de se rafraîchir.

Il faut savoir que la mairie s’offusque contre cette pratique puisqu’elle a lancé une information concernant les dangers du ‘’street pooling’’ (pratique très répandue aux Etats-Unis lors des fortes chaleurs). Cette ouverture a nécessité l’intervention du service de l’eau de la ville et de la police nationale.

Les auteurs identifiés

Grâce aux caméras de vidéosurveillance installées dans le quartier, l’auteur des faits a été identifié. Les autres personnes ayant pris à partie la police et les services de la ville, ont été eux-aussi rapidement reconnues.

Quand à cette pratique, il faut savoir qu’elle peut coûter très cher à ceux qui auraient l’intention d’imiter l’auteur de la rue Joliot-Curie. La loi prévoit une peine de cinq de prison, mais aussi 75 000 euros d’amende. La mairie de Limoges en a profité pour rappeler que l’ouverture de bouches incendie provoque des dysfonctionnements sur le réseau en distribution d’eau potable, une baisse du débit ou des coupures d’eau pour les habitants, et que ces points d’eau sont réservés exclusivement aux sapeurs-pompiers.

A l’heure actuelle, aucune personne n’a été interpellée.