Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Limoges : une marche silencieuse en hommage à Mehdi

20 novembre 2017 à 11h13 Par Benoit Billot
Crédit photo : Wikimedia commons

Samedi à Limoges, plus d’un millier de personnes s’est rassemblé pour une marche silencieuse en hommage à Mehdi Fakir, tué le lundi 13 novembre dernier.

Il s’agissait d’un véritable moment d’émotion ce samedi 18 novembre du côté du quartier de Val de l’Aurence à Limoges. Une marche silencieuse a été organisée en milieu d’après-midi dans la cité pour rendre un dernier hommage à Mehdi Fakir et pour épauler la famille du jeune de 19 ans. Ce dernier a été sauvagement tué dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier rue Joliot-Curie. Plusieurs individus s’en sont pris à lui et l’ont atteint gravement à la cuisse avec une arme blanche. Mehdi a succombé à ses blessures peu de temps après l’arrivée des secours.

1 000 personnes

Autour de la famille, plus de 1 000 personnes sont descendues dans les rues dans un silence glaçant. Le cortège est parti de la cité du Val de l’Aurence pour se rendre en centre-ville, à la cité judiciaire rue de la Mauvendière. Une minute de silence a été respectée puis, le frère de Mehdi Fakir, Younès, a prononcé un discours. Il a remercié toutes les personnes présentes pour cette marche. Là-plupart avait des inscriptions sur des cartons où l’on pouvait lire : ‘’Repose en Paix’’, ‘’Respect pour sa mémoire’’, ‘’On t’aime’’. Rappelons qu’une cagnotte a été lancée peu de temps après la mort du jeune homme. Son but est d’avoir le maximum d’argent pour que son corps puisse reposer au Maroc, le souhait émit par la famille depuis le début.

L’enquête toujours en cours

Si les circonstances du drame sont connues, l’enquête se poursuit toujours à l’heure actuelle. On ne sait pas encore s’il s’agit d’un règlement de compte ou non. Le doute plane également sur les auteurs de l’homicide qui sont recherchés pour assassinat et violences volontaires en réunion. Trois personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre et ont été déférées vendredi soir devant le parquet de Limoges.