Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Loiret : le RN retire l’investiture d’un candidat aux départementales pour propos racistes

09 juin 2021 à 09h41 Par Etienne Escuer
Un candidat du RN aux élections départementales dans le Loiret a été suspendu pour des propos racistes.
Crédit photo : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Le Rassemblement national a retiré ce mardi 8 juin l’investiture à un candidat du Loiret qui a tenu des propos racistes sur les réseaux sociaux.

A une dizaine de jours des élections départementales, un candidat du Rassemblement national s'est vu retirer son investiture par le parti, a annoncé ce mardi 8 juin le RN. L’homme avait tenu des propos racistes sur les réseaux sociaux. « Au regard des propos intolérables tenus sur les réseaux sociaux par Monsieur Pascal Auger, le Rassemblement national procède à la suspension immédiate de sa qualité de membre du RN dans l'attente de son passage devant la commission de discipline », indique un communiqué du parti. 

Pascal Auger, retraité de 65 ans, est entraîneur de basket bénévole. Il est candidat dans le canton de Fleury-les-Aubrais. Selon les tweets rapportés par La République du Centre, dont la teneur a été confirmée par le Rassemblement national, l’homme a notamment assimilé la France à une « colonie africaine » et tenu des propos insultants envers les migrants. Son compte Twitter a depuis été supprimé.

Sa candidature maintenue 

Une commission de discipline va statuer sur son avenir au sein du parti « mais il fait peu de doutes qu'il sera radié », estime Cyril Hemardinquer, délégué départemental du RN dans le Loiret. Le mis en cause reste toutefois candidat. « Le problème, c’est qu’il gèle la candidature de sa binôme, mais moi, je ne veux pas planter trois personnes (avec les suppléants), pour un qui déraille », poursuit Cyril Hemardinquer.

Dans l’hypothèque où Pascal Auger serait élu, « il ne représenterait pas le RN » indique le délégué départemental du parti de Marine Le Pen. « Nous nous désolidarisons de cette personne. Je lui demanderais de se désister pour son suppléant. Mais je n’ai pas de moyen de coercition, s’il n’est pas d'accord. Ça ne correspond pas aux valeurs que l’on véhicule. »

 

(Avec AFP)