Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Pourquoi y a-t-il autant d’anglicismes dans notre quotidien ?

20 mars 2018 à 11h26 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : Flickr

Le président de la République Emmanuel Macron va présenter ce mardi après-midi son plan pour faire rayonner le français dans le monde. Selon une récente étude, la langue de Molière devrait être la langue la plus parlée à travers la planète d’ici 2050. En attendant, il reste du travail à faire, comme par exemple de supprimer les nombreux anglicismes de notre quotidien. Décryptage :

Chaque jour, il est compliqué d’y échapper. Les anglicismes sont partout autour de nous. Vous sortez de chez vous pour vous rendre au travail, à votre réunion de « marketing ». Vous passez devant un « Carrefour Market », puis un magasin de prêt-à-porter qui expose des « jean », « pull » et « tee-shirt » en tout genre.

Arrivé au travail, vous allez chercher un café à la machine et vous entendez parler de Christelle qui risque de faire un « burnout » si elle continue à travailler comme ça. Vous croisez votre patron dans les couloirs qui vous rappelle de faire lui faire un dossier « ASAP » (As Soon As Possible) avec une qualité rédactionnelle irréprochable pour être bien « corporate » avec le client. Vous démarrez votre réunion qui vous propose d’abord de « débriefer » les chiffres de la semaine dernière avant de faire un « brainstorming »… bref, les anglicismes sont partout.

Pourquoi ? Bien souvent pour coller à l’international. L’anglais étant majoritairement parlé de nos jours, dans de nombreux secteurs d’activités, il semble logique que de nombreuses entreprises françaises choisissent d’utiliser un nom anglais pour tenter de percer dans le marché mondial. Résultat de recherche d'images pour "pfk"
Cela n’empêche pas d’irréductibles de faire de la résistance pour sauver notre belle langue, à commencer par les Québécois. De l’autre côté de l’Atlantique, les entreprises étrangères doivent renoncer à leur naming et proposer un nom en français. Ainsi au Québec, la chaîne de restauration rapide américaine KFC (Kentucky Fried Chicken) s’appelle PFK (Poulet Frit du Kentucky) et le traditionnel Starbucks se nomme Café Starbucks. Selon le Parisien, même McDonald’s a dû s’adapter en proposant des menus « Joyeux Festin » aux enfants plutôt que des « Happy Meal ».