Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Procès Médiator : l’État et Servier condamnés

17 octobre 2017 à 11h14 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

L’état et l’entreprise Servier vont devoir payer les victimes du médiator. La note est salée.

Le tribunal administratif de Paris n’a pas été tendre le 10 octobre dernier. Il a condamné l’État à verser la somme de 22 885 euros aux personnes victimes du médiator. En terme de charge, 30% des réparations doivent être versées par l’État et le reste, soit 70%, devra sortir de la poche des Laboratoires Servier. Une annonce faite par Me Martine Verdier, avocat des victimes. Ces dernières ont obtenu enfin une partie des réparations qu’elles attendaient. Aujourd’hui, elles peuvent être entièrement soulagées.

Il faut savoir que le procès dure depuis de nombreuses années. Les premières plaintes avaient été déposées en décembre 2010 devant le procureur de la République de Paris. Le médiator avait été mis sur le marché français en 1976 et servait de coupe-faim. Cependant, il a provoqué de graves pathologies cardiaques.

Entre 1 000 et 2 000 personnes décédées

Les laboratoires Servier basés du côté de Gidy dans le Loiret avaient fait appel en 2014. Déjà, à cette époque, le tribunal administratif de Paris reconnaissait la culpabilité de l’entreprise dans cette affaire. Depuis la mise en service du médicament, le médiator a causé la mort de plus de 1 000 personnes (entre 1 000 et 2 000 victimes environ). Depuis 2009, ce médicament a été retiré de la vente et n’est plus disponible.

Un procès sans Jacques Servier

Le procès qui a eu lieu début d’octobre s’est fait sans Jacques Servier, l'ancien détenteur des laboratoires Servier. Celui qui disposait à l’époque de la 23ème fortune de France (2,3 milliards d’euros) est décédé à l’âge de 92 ans en 2014. Il avait été mis en examen en 2012 pour homicides et blessures involontaires dans cette affaire. Il a emporté avec lui tous les secrets les plus sombres vis à vis de ce médicament.