Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Répit supplémentaire pour la mère de famille menacée d’expulsion

11 octobre 2017 à 09h03 Par Lucie Claussin

Soulagement pour la mère de famille menacée d’expulsion à Gourville, en Charente. Le tribunal administratif de Poitiers a rejeté l’arrêté du préfet du département. Plus de cent personnes s'étaient réunies ce week-end pour soutenir la famille.

Natacha, une mère de famille de trois enfants d’origine congolaise et enceinte actuellement a été sommée de quitter le territoire. Un arrêté avait été pris par le préfet de la Charente le 29 septembre dernier avec une assignation à résidence. La petite famille s’est installée à Gourville en 2016, une petite commune à 8km au nord de Rouillac et à une vingtaine de kilomètres d’Angoulême. Son mari travaille pour une société Suisse à distance depuis Paris et leurs enfants sont tous scolarisés dans la région Nouvelle-Aquitaine. Finalement, le tribunal a annulé la demande du préfet en pointant du doigt une grave erreur de droit dans cet arrêté. Ce dernier a donc été annulé. En effet, de nombreuses incohérences et contradictions sont mentionnées dans l’assignation à résidence.

Un arrêté contradictoire :

Dans le premier article, il est inscrit qu’elle est assignée à résidence dans la commune de Gourville. Alors que dans l’article 3, il est mentionné qu’elle ne peut sortir du département de la Charente sans autorisation du préfet. La mère de famille se trouve donc dans une insécurité juridique.

Par ailleurs, la maman qui est enceinte de quatre mois doit se rendre régulièrement à Angoulême pour le suivi médical de sa grossesse. Granville ne compte aucun supermarché, elle est donc bien obligée de sortir du périmètre de son assignation pour pouvoir effectuer ses courses alimentaires.

Une centaine de personnes s’étaient réunies ce week end pour leur apporter leur soutien. Le combat continue, malgré le répit accordé par le tribunal de Poitiers. La famille et les soutiens souhaitent rencontrer le préfet très rapidement pour que le dialogue puisse reprendre.