Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Semaine de quatre jours : les parents d'élèves en colère en Charente !

04 septembre 2017 à 08h36 Par Lucie Claussin

La rentrée n'est pas synonyme de joie pour tout le monde...

C’est la rentrée aujourd’hui pour 12 millions d’élèves en France! 880 000 enseignants se préparent en parallèle à reprendre le travail dans leurs établissements. 

Parmi les nouveautés, des évaluations seront mises en place en CP et en 6ème pour évaluer les niveaux de français et de maths des élèves. Les effectifs de classe en CP seront aussi réduits dans les réseaux d’éducation prioritaires renforcés (REP+). Les classes bilangues seront désormais ouvertes à tous les élèves dès la sixième (auparavant, ce cursus n’était autorisé que si l’élève avait suivi la langue à l’école primaire et qu’il y avait une continuité dans l’apprentissage).

Il y aura aussi le retour à la semaine de 4 jours pour 37% des communes françaises ont choisi de supprimer la demie-journée supplémentaire de classe.

Des nouveautés qui ne font pas l'unanimité...

Certains parents d’élèves sont d’ailleurs très mécontents à ce sujet… En Charente une manifestation est organisée, à l’initiative du syndicat intercommunal à vocation scolaire (SIVOS), mercredi 6 septembre devant l’école de Fouqueure dès 8 heures 30. Il n’y aura pas cours ce jour.

Les parents protestent contre le refus de l’Académie de passer leur école à la semaine de quatre jours. 98% des parents, ainsi que le conseil d’école y étaient favorables. Ils avaient fait la demande auprès du directeur académique en juin, quand le nouveau gouvernement avait proposé cette nouvelle mesure

Sauf qu’une enseignante du groupe scolaire (sur les trois présentes au sein du groupe scolaire) était favorable à la semaine des quatre jours et demi, ce qui a motivé le refus de l’éducation nationale.

Pour information, 55 élèves sont scolarisés dans cette école, de la petite section de maternelle au CM2.

Les parents d’élèves ainsi que le syndicat intercommunal estiment que cette décision n’est pas démocratique. Ils ont déclaré que l’école resterait fermée jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause.