Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Sport de haut niveau et maternité : encore des progrès à faire !

31 janvier 2020 à 06h00 Par Alicia Méchin
Le sport féminin est à l’honneur dans les médias les 1er et 2 février 2020, à l’occasion de l’opération « Sport féminin toujours ».
Crédit photo : Nguyen Tuan

Le sport féminin est à l’honneur dans les médias les 1er et 2 février 2020, à l’occasion de l’opération « Sport féminin toujours ». L’occasion d’aborder un thème en particulier : le sport de haut-niveau et la maternité. Dans ce domaine, il reste encore beaucoup à faire.

Chaque année, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) met à l’honneur le sport féminin, à travers l’opération « Sport féminin toujours ». Et à cette occasion, le ministère des sports et le ministère chargé des droits des femmes ont décidé de s’associer cette année au CSA pour aborder plusieurs questions, et notamment le sport et la maternité.

Pour bien nous rendre compte de la complexité du sujet, nous avons contacté Marie-Amélie Le Fur, athlète handisport française, originaire de Vendôme (Loir-et-Cher). La triple championne paralympique en athlétisme a eu son premier enfant en août 2019. Et sa première réponse est clair : oui, c’est compliqué de choisir d’être mère en pleine carrière. Beaucoup de questions se posent : Peut-on interrompre sa carrière et revenir après au plus haut niveau ? Quel risque financier cela représente-t-il ?

Car c’est bien l’un des éléments qui pose le plus problème : l’argent. En cas de grossesse, beaucoup de sponsors choisissent de se retirer, et de laisser les sportives en difficulté. Récemment, l’athlète Allyson Félix a dénoncé, dans une tribune publiée par le New York Times, sa rupture de contrat avec son équipementier pendant les périodes de grossesse et de post-maternité.  

Marie-Amélie Le Fur a eu la chance de pouvoir compter sur son principal sponsor EDF, avec qui elle est engagée en CDI. Mais ce n’est pas aussi simple pour tout le monde. Pourtant, encadrer la sportive dans sa grossesse et dans sa reprise pourrait être bénéfique pour tout le monde, comme nous l’explique la Loir-et-Chérienne :

 

Écouter le podcast

 

Les choses évoluent positivement depuis quelques années, mais il y a encore des progrès à faire. Priorité, libérer la parole :

 

Écouter le podcast

 

Quelques mesures ont d’ores et déjà été mises en place dans certaines disciplines. En handball, par exemple, depuis 2010, les sportives bénéficient d’un accompagnement pré et post accouchement. En voile, la fédération verse des aides personnalisées supplémentaires aux sportifs parents (père ou mère).