Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

« Tenue correcte » pour les lycéennes : un sondage enflamme Twitter

30 septembre 2020 à 09h34 Par Virgil Bauchaud
Le sondage intitulé « qu’est ce qu’une tenue correcte au lycée ? » a provoqué la colère des internautes.
Crédit photo : Pexels

Ce mardi 29 septembre, l’Ifop a publié un sondage dans lequel il demandait aux Français leur avis sur les tenues des lycéennes. Dans la foulée de la polémique sur la « tenue républicaine », les réseaux sociaux ne l’ont pas vraiment supporté.

Les jeunes filles n’ont toujours pas la paix sur leur manière de s’habiller. Ce mardi, un sondage Ifop pour Marianne a été publié sur Twitter. Un sondage intitulé « Qu’est ce qu’une tenue correcte au lycée ? ». Une question loin d’être anodine et qui arrive dans la foulée des protestations de jeunes filles contre les règlements scolaires qui exigent une « tenue décente ». Il y a quelques jours, le Ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer avait appelé à s’habiller de manière « républicaine » à l'école.

Le sondage, lui, va plus loin et pose la question suivante : « Souhaitez-vous que les lycées publics autorisent ou interdisent aux filles le port des vêtements suivants dans l’enceinte de leur établissement ? ». Les réponses* révèlent par exemple que « 55% des Français souhaitent interdire le crop top pour les jeunes lycéennes, 66% le ''No Bra’’ (le fait de ne pas porter de soutien-gorge) ». 


Dans la foulée de la publication, les réactions ont été très virulentes. Toujours sur Twitter, Alice pointe du doigt un sondage qui contribue « à la sexualisation des adolescentes en demandant à des adultes leur avis sur la poitrine des jeunes filles ». Sobralia dénonce, elle, un sondage « répugnant » : « j’ai des traumatismes liés à ma poitrine que je traîne depuis le collège parce que, justement, vous ne voulez pas nous laisser tranquilles depuis qu’on est gamines ». En résumé, la plupart des commentaires appellent à laisser les filles tranquilles.



*Un peu plus de 2 000 Français ont été sondés.