Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Vous ne pourrez plus vous habiller chez MIM

27 avril 2017 à 12h30 Par Rédaction

C'est fini pour MIM ! Après 40 ans d'existence, la célèbre enseigne de vêtements pour femme à petits prix met la clé sous la porte ! Elle était en redressement judiciaire depuis le 22 novembre 2016 et a été placée hier en liquidation judiciaire. Par Lucie CLAUSSIN

L’enseigne n’était plus de taille pour lutter face aux géants H&M, Zara ou encore Primark. Des salariés de Mim, ont été reçus cette semaine à l’Elysée. Une vingtaine de salariés a signé un projet de SCOP, qui signifie « Sociétés coopératives et participatives ». Dans ce type de société, les salariés sont les associés majoritaires, et détiennent au moins 51% du capital social. L’Etat avait aussi promis aux salariés son soutien pour décrocher un prêt de 5,6 millions d’euros, afin de financer la dernière tentative de relance. L’espoir de SCOP signé il y a 2 semaines a été enterré, puisque le tribunal de commerce de Bobigny a décidé le placement en liquidation judiciaire de l’enseigne. A savoir que le chiffre d’affaires de MIM était en chute libre ces dernières années. Quel avenir pour les magasins et les salariés ?

Tally Weijl et Etam reprendront certains magasins :

La SCOP aurait pu sauver environ 650 emplois. Mais la décision du tribunal est arrivée avant que les salariés aient pu défendre leur projet. 791 emplois en CDI vont donc rester sur le carreau. Un plan de rachat partiel a été proposé par le Suisse Tally Weijl, (enseigne de vêtements) qui reprendra 69 magasins et par Etam qui en reprendra 2. 162 boutiques vont donc descendre leur rideau. Le projet validé ne reprendra que 271 des 1080 salariés.

Chez nous, voici les boutiques qui risquent de fermer définitivement :

  • Centre Val de Loire : Lucé, Montargis, Riche, Tours, Orléans, Dreux, Vendôme, Saran, Amilly, Vineuil, Saint-Maur, Souvigné.
  • Pays de la Loire : Nantes, Angers, Saumur, Cholet, Le Mans, Laval, La Roche sur Yon, Saint-Herblain, Rezé, Saint-Sébastien-sur-Loire, Allones, Trignac, Vertou, Pornic, Ollone-sur-Mer, Saint-Gereon.
  • Poitou-Charentes : Poitiers, Niort, Châtellerault, Rochefort, Champniers, Chasseuneuil-du-Poitou, Angoulins, Saintes, Royan.
  • Limousin : Limoges, Brive-la-Gaillarde.

Le site internet de MIM a d'ailleurs été aussitôt suspendu.