Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

La Minute Eco : les pièges de l’assurance “perte d’emploi”

17 mars 2021 à 06h45

Si vous avez emprunté de l’argent dernièrement à une banque, que ce soit pour acheter un appartement, une maison, ou même une voiture, on vous a sûrement proposé de souscrire à une assurance “perte d’emploi”.

Quand on vous la propose, c’est toujours sous son meilleur jour. Elle paye le crédit à votre place si vous perdez votre emploi, elle vous évite bien des tracas, elle n’est pas très chère pour le service rendu, etc, etc, etc.

Dans la réalité, la garantie perte d’emploi est loin d’être aussi parfaite. Tout d’abord, elle est chère : elle peut tout simplement doubler le prix de l’assurance-crédit.

Ensuite, elle est difficile à activer. D’abord, elle ne marche pas une fois le crédit souscrit, mais au bout de plusieurs mois, parfois, 18 mois.

Enfin, elle ne démarre pas au moment où vous tombez au chômage, mais des mois plus tard, car l’assurance estime que vos indemnités de licenciement vous permettent de faire face.

Le problème, c’est que cette garantie, qui n’a rien d’obligatoire, est proposée par de plus en plus de prêteurs. Non pour vous protéger plus, mais parce qu’elle leur permet de gagner plus d’argent, sachant que les taux d’intérêt sont au plus bas.

Bon à savoir : vous pouvez souscrire cette assurance pour obtenir votre crédit, et ensuite, la dénoncer. Ce ne sera pas simple, mais c’est parfaitement légal.