Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Accor propose d’accueillir des malades du Covid-19 dans ses hôtels

17 avril 2020 à 14h04 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Un hôtel Ibis du groupe Accor
Crédit photo : Commons - Atamari

Alors que la question d’isoler des malades du Covid-19 dans des hôtels est étudiée par les autorités sanitaires, le groupe Accor propose de mettre à disposition ses établissements.

Le groupe Accor est désormais en capacité d’accueillir des individus faiblement malades du coronavirus, mais qui risquent de contaminer d’autres personnes, a indiqué jeudi 16 avril son PDG Sébastian Bazin. Avec l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) et les collectivités locales d’Ile-de-France, trois sites pilotes ont déjà été lancés dans la région. « La seule condition, c’est que mes propriétaires hôteliers soient d’accord », a confié Sébastian Bazin sur France Inter. « On a appelé certains propriétaires et on a déjà aujourd’hui plus de 300 hôtels qui ont dit oui et qui sont volontaires pour aider le monde médical. Ce sera au prix coûtant de la chambre, entre 30 et 50 euros. » La question de la prise en charge du coût n’a toutefois pas encore été tranchée. Afin d’accueillir ces malades, parfois asymptomatiques, des précautions seront prises. « Les mesures de sécurité sanitaire seront renforcées avant, pendant et après, puisque ces hôtels sont destinés à rouvrir, donc à accueillir des clients. Je ne veux pas qu’ils aient la trouille d’aller dans un hôtel qui a servi à ceux qui en ont le plus besoin », poursuit Sébastien Bazin.

Le mesure étudiée par les autorités sanitaires

Le conseil scientifique qui travaille auprès du gouvernement, l’Inserm ou encore l’Académie nationale de médecine préconisent d’isoler les personnes faiblement malades dans les hôtels, afin de réduire le risque de transmission, notamment au sein d’un même domicile. Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a cependant estimé ces derniers jours qu’il n’y avait « pas aujourd’hui un besoin particulier ».