Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Banderole au SCO d’Angers : l’association Quazar souhaite des sanctions exemplaires

28 août 2019 à 06h00 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : wikipédia

Trois jours après le lancement de la polémique de la banderole homophobe lors d’un match de Ligue 1, la LFP va se réunir pour évoquer cette affaire.

A l’occasion du match du weekend dernier en Ligue 1 entre Angers et Metz, une banderole qualifiée de sexiste et homophobe a été dévoilée dans le kop angevin. Quazar, l’association angevine de défense des personnes LGBTI+ a décidé de réagir en interpellant Angers SCO et la Ligue de Football Professionnel à propos de leur communication et de leur politique de lutte. Comment a-t-elle réagi lors du déploiement de la fameuse banderole ? Question posée à Stéphane Corbin, référent pôle juridique de Quazar :

 

Écouter le podcast

 

Cette banderole était une réponse à de précédents chants homophobes de supporters lors de la rencontre de Ligue 2 entre Nancy et Le Mans. L’arbitre de la rencontre avait décidé d’arrêter temporairement la rencontre en raison de chants homophobes descendues des tribunes. Cela a été le cas aussi ce weekend pendant les rencontres Brest – Reims et Monaco – Nîmes. Pour autant, est-ce qu’arrêter un match de foot arrêtera les supporters de chanter ce type de chant ?

 

Écouter le podcast

 

Lors de la rencontre entre Angers Sco et Metz, c’est bien une insulte homophobe qui a été écrite sur la fameuse banderole. Mais si une autre insulte, sans caractère homophobe avait été utilisée, avait été utilisée, la polémique aurait-elle été la même ?

 

Écouter le podcast

 

En raison du comportement de certains de ses supporters, le club angevin risque une forte amende. Une jurisprudence qui devrait pousser certaines équipes à changer leur politique de lutte contre l’homophobie, sous peine d’être de plus en plus sanctionnées :

 

Écouter le podcast

 

Au cours de cet échange avec l’association Quazar, Angers Sco aurait déclaré qu’il allait faire un signalement auprès du procureur de la République et fournir les images tournées par son système de vidéo au sein du stade Raymond Kopa. De son côté, la Ligue de Football Professionnel doit se réunir ce mercredi pour examiner ces questions et notamment l’affaire de la banderole. L’association espère que des réunions et temps de réflexion découleront de ce rendez-vous.