Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Bio : les aides allouées aux agriculteurs n’arrivent toujours pas

03 mai 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : PXhere

Cela fait bientôt 4 ans qu’ils attendent les aides de la PAC. Les agriculteurs français qui ont débuté leur conversion au bio, sont toujours dans le flou. Pire, certains sont obligés de s’endetter pour respecter les échéances bancaires.

En France, nombreux sont les agriculteurs qui ont passé un accord avec l’Etat pour convertir leur production en bio. Si eux ont jusque-là respecté leur part du contrat, on ne peut pas en dire autant de l’Union européenne ni de l’Etat français qui repoussent sans cesse le versement des aides. Quelles sont les raisons de ces retards ? Question posée à Frédéric Lascaud, exploitant agricole de Haute-Vienne et porte-parole de la confédération paysanne du Limousin :

Écouter le podcast

Pour Frédéric Lascaud, « on marche sur la tête » car pour répondre aux règles européennes, il faut qu’il y ait des contrôles sur les exploitations. Or, certains de ces contrôles prévus en 2016 sont seulement effectués cette année. Et entre temps, la situation a changé sur ces exploitations. Du coup, les retards s’accumulent pour les agriculteurs et éleveurs. Comment font-ils pour vivre au quotidien ?

Écouter le podcast

Faire du bio aujourd’hui implique d’être bien accompagné car il faut en moyenne entre 4 et 5 ans avant que la production réponde à la charte « bio ». Mais même après toutes ces années, l’assurance de produire « bio » n’est pas certaine à 100%. Dans le même temps, certains exploitants ont l’impression que l’Etat revient sur sa parole :

Écouter le podcast

Autre problématique (encore une), la concurrence étrangère contre laquelle se bat l’agriculture française. Selon Frédéric Lascaud : « on ne peut pas considérer qu’un produit soit bio à partir du moment où il passe du temps à voyager ». C’est d’autant plus vrai que derrière ces produits importés se cachent souvent un coût important (prix des routes et autoroutes, impact environnemental etc…). Les producteurs bio ne sont pas les seuls à constater du retard dans le versement de leurs aides européennes. Ce sont les producteurs français en général qui sont concernés et qui en paient parfois le prix fort.

Écouter le podcast

Aujourd’hui, sachez que l’argent de la PAC, c’est le vôtre, celui du contribuable européen. Pour que chacun puisse manger ce qu’il désire, il est essentiel que l’on s’intéresse de près à la situation des producteurs bio ou pas bio. Et de veiller à ce que l’Etat respecte sa part du contrat.