Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Centre-Val de Loire : la filière cosmétique appelée à se réinventer

08 juin 2020 à 09h55 Par Guillaume Pivert
Le secteur de la cosmétique représente près de 11 000 emplois en Centre-Val de Loire.
Crédit photo : Pixabay

La Cosmetic Valley appelle à consolider « le made in France » après la crise sanitaire.

La filière cosmétique se remet doucement du confinement. En Centre-Val de Loire, le secteur représente 160 entreprises et 10 800 emplois. Selon le pôle de compétitivité, Cosmetic Valley, un tiers des entreprises de la filière ont été mises à l’arrêt en France pendant plusieurs semaines. C’est le cas de Shisheido à Ormes (Loiret) où l’activité a été suspendue entre la mi-mars et la fin du mois d’avril comme le rapporte La République du Centre. D’autres, au contraire, comme Dior à Saint-Jean-de-Braye (Loiret), n’ont connu qu’une petite baisse d’activité. Soline Godet, directrice générale adjointe de Cosmetic Valley, souligne la capacité d’adaptation de la plupart des entreprises de la filière.

 

Écouter le podcast

 

Les produits de beauté ont fait les frais du confinement. D'autres en revanche, on connu un regain d'intérêt de la part des consommateurs, comme le détaille Soline Godet.

 

Écouter le podcast

Face à la baisse des ventes de certains cosmétiques, Soline Godet l’affirme, il faut s'adapter. « Il va y avoir plus de demandes de maquillage autour des yeux, on va devoir développer de plus en plus de crèmes pour protéger la peau quand on porte un masque. Le masque devient d’ailleurs un accessoire de beauté, je pense qu’il va y avoir des innovations de ce côté-là ». Concernant la reprise, Soline Godet estime que la filière française va devoir «  être capable de répondre à la demande sinon on risque de se faire supplanter par des pays asiatiques comme la Corée du Sud ». Plus largement, le secteur doit se renouveler. Cosmetic Valley organise en ce moment d’ailleurs des Etats généraux.

 

Écouter le podcast

 

Tout au long du mois de juin, les doléances et propositions des professionnels mais aussi des chercheurs sont recueillies, avant l’organisation cet été d’ateliers thématiques. Enfin, le plan de relance de la filière sera présenté à la mi-octobre à Paris.