Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Cognac : macabre découverte dans un appartement

11 septembre 2017 à 11h12 Par Benoit Billot

Samedi soir, la police a découvert un corps sans vie et avec plusieurs contusions à la tête. Une enquête a été ouverte.

Que s’est-il passé dans cet appartement du 4 de l’allée Charles-Baudelaire à Cognac ce samedi soir ? C’est ici que vit Michel Sauzeau, un agriculteur céréalier de 64 ans à la retraite. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles de cet homme depuis 24 heures, une voisine a décidé de donner l’alerte en appelant les secours. À l’intérieur, c’est une scène atroce qu’ont découvert les pompiers.

Plusieurs coups à la tête

La police est entrée dans ce logement situé au rez-de-chaussée et ont pu voir les murs tâchés de sang. Tout pourrait laisser croire qu’il s’agit d’une scène de crime. Michel Sauzeau a été retrouvé au sol, son corps sans vie, et avec des traces de coups à la tête. D’après les premières constatations, aucune arme à feu n’a été utilisée et l’utilisation d’une arme blanche reste encore à déterminer.

En revanche, pour les voisins, la théorie d’un simple accident n'est pas à exclure puisque ce retraité était malade du cœur et était sujet régulièrement à des malaises. La présence d’hématome sur son visage était régulière d’après eux.

Des problèmes d’alcool

Le défunt avait des problèmes d’alcoolisme et n’avait pas forcément de bonnes fréquentations. Il est possible que cet homme ait pu prendre des coups en tombant chez lui à cause de l’alcool. Ses voisins ont souligné sa gentillesse. Ces derniers affirmaient même qu’il saluait chaque passant dans la rue.

À la suite de cette macabre découverte, le parquet d’Angoulême a décidé d’ouvrir une enquête pour homicide volontaire. Le service régional de police judiciaire de Limoges s’est vu confier l’affaire. Le parquet a confirmé les traces de coups et une autopsie doit être pratiquée prochainement aujourd’hui pour comprendre les causes de cette mort. Les circonstances n’ont toujours pas été établies. Michel Sauzeau vivait dans cet appartement depuis plus d’une trentaine d’années.