Insolite

Coronavirus : bientôt une pénurie de préservatifs à cause de l’épidémie ?

01 avril 2020 à 17h20 Par A.L.
L’entreprise qui fabrique un préservatif sur cinq dans le monde a arrêté d’en produire.
Crédit photo : Pixabay

Les principales usines de production de préservatifs, notamment celles du leader mondial en Malaisie, ont décidé d'arrêter la production en raison du confinement en cours. Selon ses dirigeants, le risque de pénurie est réel.

Un préservatif sur cinq vendu dans le monde est fabriqué en Malaisie, dans trois usines qui appartiennent à l’un des leaders mondiaux, Karex. Pourtant, cette entreprise n'a pas produit un seul préservatif depuis plus d’une semaine, en raison du confinement imposé par le gouvernement pour stopper la propagation du Covid-19, comme le relate l'agence de presse ReutersDes fermetures qui laissent malheureusement craindre une pénurie mondiale de ce moyen de protection contre les infections sexuellement transmissibles. En effet, cet arrêt exceptionnel porte à 100 millions le nombre de ces protections à usage unique qui manquent au marché mondial. 

Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?

Si, face à l'inquiétude, l'entreprise a toutefois reçu l’autorisation du gouvernement malaisien de reprendre ses activités avec seulement la moitié de ses effectifs, le PDG, Goh Miah Kiat, craint toutefois une pénurie mondiale car la production ne sera pas suffisante pour répondre à la demande. "Il faudra du temps pour relancer les usines et nous aurons du mal à répondre à la demande avec la moitié de notre capacité. Nous allons voir une pénurie mondiale de préservatifs partout, ce qui va être effrayant", a-t-il déclaré à Reuters. Le dirigeant dit s’inquiéter tout particulièrement pour les programmes humanitaires auxquels son entreprise participe en fournissant des préservatifs, notamment aux Nations Unies. “La pénurie ne sera pas seulement de deux semaines ou d'un mois. Elle peut durer des mois”, a alerté Goh Miah Kiat. Contactée par Reuters, la marque Durex, qui est également approvisionnée par cette usine, a tenté de rassurer en déclarant n’avoir constaté aucune pénurie pour le moment.