Covid-19 : deux femmes se déguisent en mamies pour pouvoir se faire vacciner

FORUM
Photo d'illustration
Crédit: Pixabay

19 février 2021 à 13h39 par A.L.

Deux femmes originaires de Floride, aux États-Unis, ont trouvé un moyen créatif afin de se faire vacciner contre la Covid-19, un vaccin pour l'instant destiné, entre autres, aux personnes de 65 ans et plus.

Un "plan" complètement loufoque qui ne sera pas allé très loin... Deux femmes originaires de Floride aux États-Unis, âgées de 44 et 34 ans, ont en effet imaginé un scénario totalement hors du commun pour pouvoir se faire vacciner contre la Covid-19. Étant donné que ce vaccin est pour l'instant réservé, dans leur région, aux personnes de 65 ans et plus, aux employés dans le domaine de la santé, aux résidents et au personnel des résidences-services, ces dernières n'ont pas hésité à se déguiser en "mamies" afin de pouvoir en bénéficier alors qu'elles n'y avaient pas encore le droit. "Les bonnets, les gants, les lunettes - le tout", a déclaré le Dr Raul Pino, directeur du département de la santé de Floride dans le comté d'Orange, à propos de leurs tenues farfelues enfilées pour l'occasion.

"Elles avaient l'air bizarres"

Malheureusement pour elles, les employés du centre de vaccination du Orange County Convention Center ont très vite remarqué qu'elles "avaient l'air bizarres" et les ont arrêtées avant qu'elles ne puissent se faire vacciner, a déclaré Raul Pino à la chaîne locale WWL-TV. De plus, les deux femmes n'avaient pas pensé à tout. En effet, si leurs vrais noms figuraient sur les cartes de vaccination, leurs dates de naissance, en revanche, ne coincïdaient pas. Pourtant, le duo s'apprêtait à faire sa seconde dose du vaccin. Raul Pino se demande encore comment elles ont pu obtenir la première injection, ni si elles avaient eu recours à la même ruse pour parvenir à leurs fins. "Je ne sais pas comment elles s'en sont sorties la première fois", a-t-il confié.

"Une partie des découvertes que nous devons faire est de savoir si elles ont vraiment été vaccinées par nous, quand elles ont été vaccinées, ce qu'il s'est passé, à quelle date, à quelle heure et essayer de déterminer s'il y a eu des manquements, des échappatoires, dans le processus, qui permettent aux gens de faire cela", a continué le professionnel qui s'interroge sur une possible complicité de quelqu'un qui travaille sur le site. "Nous avons vu une augmentation de choses étranges se produire et des gens suspects, qui surveillent le site. C'est pourquoi nous avons demandé une sécurité supplémentaire et nous avons installé des caméras et d'autres moyens de sécurité dans la salle des vaccins", a ajouté Raul Pino. 

I