Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Deux-Sèvres : hommages et polémique après le meurtre de l’infirmière à Thouars

19 février 2020 à 12h07 Par Alicia Mechin
Après le meurtre de l’infirmière Elodie Multon, tuée la semaine dernière par l’un de ses patients, des hommages vont lui être rendus ce jeudi 20 février.
Crédit photo : Redaction / Alicia Méchin

Après le meurtre de l’infirmière Elodie Multon, tuée la semaine dernière par l’un de ses patients, des hommages vont lui être rendus ce jeudi 20 février. En parallèle, l’Assemblée Nationale a refusé d’opérer une minute de silence.

Quelques tensions sont apparues ce mardi 18 février 2020, dans les Deux-Sèvres, après le refus de l’Assemblée Nationale à Paris, dans l’après-midi, d’opérer une minute de silence pour Elodie Multon. Pour rappel, cette dernière a été assassinée le 13 février dernier à l’hôpital psychiatrique de Thouars par un jeune patient.

La demande avait été formulée par la députée meurthe-et-mosellane France Insoumise, Caroline Fiat. Le président de l’Assemblée Nationale avait alors refusé, prétextant que « l'usage limite la pratique des minutes de silence à des cas exceptionnels et solennels ". La CGT du centre hospitalier Nord-Deux-Sèvres a alors vivement réagi, réclamant notamment la démission du président de l’Assemblée Nationale, Richard Ferrand, mais aussi des excuses publiques.

 

Plusieurs hommages ce jeudi

 

La mort d’Elodie Multon a beaucoup affecté le corps hospitalier. Un hommage doit alors être rendu ce jeudi à l’infirmière au centre hospitalier Nord-Deux-Sèvres. Un rassemblement est programmé à 14h sur le parvis de l’hôpital. Des recueillements sont également programmés sur les sites de Parthenay et Thouars. Les obsèques d’Elodie auront lieu, en parallèle, ce même jour à Saumur (Maine-et-Loire). Une cagnotte Leetchi a également été lancée par le syndicat FO.

À noter par ailleurs que le nouveau ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé qu’il se rendrait prochainement dans les Deux-Sèvres, sans la presse, pour aller à la rencontre des équipes.