Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Dyslexie : découverte de l’origine du trouble de la lecture

19 octobre 2017 à 10h49 Par Lucie Claussin

Deux chercheurs français viennent de découvrir l'origine de la dyslexie

Deux universitaires Rennais, Guy Ropars et Albert Le Floch viennent de dévoiler le résultat d’une de leurs recherches dans la célèbre revue «  Proceedings of the Royal Society B ». Ils auraient trouvé l’origine de la dyslexie. "Nos observations nous permettent de penser que nous avons trouvé une cause potentielle de la dyslexie" : voici la déclaration encourageante d’un des auteurs de l'étude de l'université de Rennes. Les deux chercheurs sont parvenus à leurs conclusions en comparant deux groupes de 30 étudiants. L’un était composé de dyslexiques et l'autre de non dyslexiques. 

Tout serait dû à une défaillance anatomique…

Selon les universitaires, une défaillance anatomique dans les yeux causerait un effet miroir. Le mal serait caché dans de minuscules récepteurs des yeux de ceux qui sont atteint de ce trouble spécifique de l’apprentissage. Chez chaque humain, ces récepteurs de lumière, sont asymétriques (ce qui est nécessaire pour pouvoir éliminer l’image miroir) et n’ont pas la même forme d’un œil à l’autre. Sauf que chez les personnes dyslexiques, cette zone est symétrique dans les deux yeux, ce qui créerait une source de confusion en créant des images « miroirs » entre lesquelles il devient impossible de discerner le vrai du faux. Par exemple, les dyslexiques vont confondre les « d » et les « b ». Cet effet miroir empêcherait donc ceux qui sont touchés par ce trouble de la lecture de pouvoir lire correctement.

Un trouble reconnu :

Ce trouble qui est un TSA (trouble spécifique de l’apprentissage) est reconnu comme un handicap depuis 1993. À savoir que 700 millions de personnes dans le monde sont touchées par la dyslexie dans le Monde.

Quels remèdes à venir ?

Les deux chercheurs ont mis au point une méthode pour effacer l’image miroir, grâce à l’utilisation d’une lampe à LED. Les personnes dyslexiques qui l’ont déjà testée l’ont même appelée «  la lampe magique ».