Info locale

Environnement : l’Etat nous ment-il sur le nucléaire ?

13 juin 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : wikipédia

La fin du nucléaire, ce n’est pas pour demain. Si la question de la fermeture des centrales nucléaire revient régulièrement sur le devant de la table, en coulisses, l’affaire est rapidement étouffée. Les énergies renouvelables seront-elles bientôt prêtent à prendre le relai ?

Lorsque vous pressez le bouton de votre interrupteur ou que vous tournez celui de votre radiateur, il y a de fortes chances que l’énergie que vous utilisiez soit celle des centrales nucléaires. La France est le deuxième pays à posséder le plus de réacteurs nucléaires et à produire de l’électricité nucléaire derrière les Etats-Unis. Elle arrive en tête en ce qui concerne la proportion d’électricité nucléaire avec plus de 75%. Et cela ne devrait pas s’arrêter avant de longues années. Selon La France Agricole, EDF chercherait d’ailleurs des terrains autour des quatre centrales du Centre-Val de Loire. L’énergéticien a besoin de place, « que ce soit pour démanteler ou pour construire un nouveau réacteur ».

Pourtant, cette énergie nucléaire est polluante. Elle produit énormément de déchets, notamment dans le transport et le stockage de combustibles usés, qui sont très nocifs pour l’environnement et notre santé. Alors faut-il s’en passer dans les prochaines années ? Question posée à Jacques Terracher du collectif Sortir du Nucléaire 86 :

 

Écouter le podcast

 

Pour Jacques Terracher, d’autres solutions méritent que l’on s’y penche davantage, en particulier les énergies renouvelables comme le solaire (électricité et chauffage direct) mais aussi les éoliennes. Aujourd’hui, le gouvernement ne semble pas vouloir faire machine arrière. Son option est de conserver la puissance nucléaire électrique constante à 63 Gigawatts/an de production de baisser à 50% la part du nucléaire dans l’énergie lorsque les énergies renouvelables seront capables de prendre le relais.

 

Des pastilles d’iode distribuées… et après ?

 

Récemment, le gouvernement a relancé sa campagne annuelle de distribution de pastilles d’iode pour les riverains des centrales nucléaires. Ce comprimé permet de protéger la thyroïde, un organe sensible mais pas forcément vital :

 

Écouter le podcast

 

L’autre problème, c’est le discours employé par le gouvernement qui, selon Jacques Terracher, réclame aux gens de faire des économies d’énergies tout en incitant à consommer davantage :

 

Écouter le podcast

 

Sortir du Nucléaire 86 est un collectif militant mais pas activiste. Il n’a pas choisi la voie de l’activisme comme celle choisie par le collectif « Sabotage Bessines » qui a récemment mené une opération de sabotage qui a dégradé des installations électriques sur une voie ferrée qui permet d’acheminer des déchets nucléaires jusqu’au site d’Orano en Limousin. A la place, les militants préfèrent le combat des mots et des idées et organisent des réunions de sensibilisation, d’informations sur le risque nucléaire afin d’atteindre la conscience des gens.