Info locale

Haute-Vienne : la pêche à l’aimant, sans autorisation, est illégale

20 août 2019 à 15h56 Par Alicia Mechin
Crédit photo : Google Maps

Ils sont de plus en plus nombreux, dans les villes, à s’essayer à la pêche à l’aimant, notamment à Limoges entre le Pont-Neuf et le Pont Saint-Martial. Face à cette nouvelle mode, la préfecture de la Haute-Vienne rappelle que cette pratique est illégale, sans autorisation.

De drôles de pêcheurs ont en effet investi depuis le début de l'été les rives de la Vienne à Limoges, mais aussi ailleurs en France. Grâce à cet aimant très puissant, ces nouveaux pêcheurs sortent de l’eau des vélos, barrières, et autre ferraille en tout genre. Cette pratique de dépollution bénévole a alors séduit beaucoup de monde, notamment pour son petit côté « chasse au trésor ».

Ainsi, la préfecture de la Haute-Vienne a tenu à rappeler que, sans autorisation administrative, la pratique de la « pêche à l’aimant » est considérée comme illégale. Sur les terrains privés (forêts, terrains, puits, étangs…), l’autorisation du propriétaire est requise, et si l’objet de la pêche a pour but la recherche d’un objet intéressant l’histoire, la préhistoire, l’art ou l’archéologie, l’autorisation du préfet est obligatoire ; pour les cours d’eaux, lacs, rivières, fleuves et canaux, l’autorisation de l’État, propriétaire des biens sous-marins, est requise.

La préfecture rappelle également que cette pratique peut s’avérer être dangereuse. Les pêcheurs étant de plus en plus nombreux, les équipes de déminage ont été beaucoup plus sollicitées, suite à la découverte de munitions.