Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Haute-Vienne : un collectif s’oppose à l’arrivée du parc musical Mélofolia

28 mai 2019 à 12h49 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : ©Mélofolia

Un nouveau parc à thème pourrait faire son apparition sur le territoire français. Il s’agirait d’un parc d’attractions dédié aux instruments de musique. Son ouverture est prévue dans deux ans mais nombreux sont les opposants à ce projet.

Didier Hodiamont a un rêve : celui de voir un jour un piano géant se lever sur la Meuse. Un rêve qu’il espère devenir réalité dans deux ans. Cet entrepreneur belge souhaite ouvrir Mélofolia, un parc d’attractions dédié aux instruments de musique. L’ouverture est prévue en juin 2021 en Haute-Vienne à Coussac-Bonneval. A la place de la Meuse, il pourrait donc voir le jour au bord du cours d'eau la Valentine. Problème : ses opposants sont nombreux, à commencer par Jan-Dau Melhau, un célèbre artiste de spectacle bien connu de la région. Première critique : que le projet s’inscrive sur un territoire totalement déconnecté de sa thématique initiale :

Écouter le podcast

Autre critique : l’absence de financements privés. La promesse de vente a été faîte il y a deux ans et demi et est arrivée à son terme en avril dernier. La communauté de communes à qui appartient le domaine lui a prorogé cette promesse de vente jusqu’à fin 2020. Toujours selon Jan-Dau Melhau, aucun projet n’a été, à ce jour, déposé à la DREAL, l’organisme régional devant lequel il faut passer pour obtenir les autorisations administratives.

Ensuite, du point de vue écologique, le projet pourrait voir le jour sur « une zone naturelle d’intérêt faunistique et floristique de 177 hectares depuis plus de 20 ans ». Ce qui serait une catastrophe pour les espèces protégées. La liste se poursuit avec d’autres reproches, d’ordre cette fois-ci économique :

Écouter le podcast

Jan-Dau Melhau ne prévoit pas de rentrer en contact avec Didier Hodiamont car il refuse son projet sur toute la ligne. A ses côtés, il trouve des soutiens au sein de l’association « Chauffailles autrement ». Mais ce qu’il craint par dessus tout, c’est que le projet obtienne les autorisations administratives nécessaires à son lancement :

Écouter le podcast

L’association « Chauffailles autrement » prévoit de ne pas en rester là. Elle compte bien s’opposer par tous les moyens à ce projet pour qu’il ne sorte jamais de terre. De notre côté, nous avons tenté de joindre Didier Hodiamont pour qu’il nous livre son point de vue. Malheureusement, sans succès.