Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Il tue sa compagne de 159 coups de ciseaux et fait appel

11 octobre 2017 à 08h06 Par Lucie Claussin
Crédit photo : DR

L'homme était pourtant resté muet durant tout son procès

Bruno Russo, âgé de 58 ans a fait appel de sa condamnation. Il a été reconnu coupable du meurtre aux ciseaux sur sa compagne le 25 septembre dernier. L’homme avait poignardé sa concubine à 159 reprises en aout 2014, dans la cité de Crouin à Cognac. Il a écopé de 20 ans de réclusion criminelle dont cinq ans de suivi socio-judiciaire.

Rappel des faits :

Le meurtre remonte au 1er aout 2014. Alors âgé de 55 ans, Bruno Russo assassine sa compagne Jany Clémenceau, à Cognac, dans leur appartement de la cité de Crouin. Elle lui aurait demandé de quitter l’appartement où ils habitaient. Il contactera les pompiers seulement le lendemain car « sa femme ne répond plus ». Lorsque les secours arrivent sur place, ils découvrent le corps de Jany, sur le lit baignant dans une marre de sang.

L’homme est resté mutique tout au long du procès :

Son jugement s’est tenu durant près de trois jours devant la cour d’assises de la Charente le mois dernier. Seul hic : Bruno Russo est resté muet durant presque tout le procès. Pour sa seule défense, il a prétendu être bipolaire : «  Tout simplement, j’ai perdu conscience, ce n’était pas moi ». Mais les expertises des psychiatres ont contredit cette affirmation. Un psychiatre bordelais l’a même accusé de vouloir passer pour un malade mental pour échapper à ses responsabilités  et qu’il n’avait aucune pathologie mentale: « On peut être intelligent et faire semblant d’être stupide »

Verdict :

L’avocate générale Marie Terrades avait requis 25 ans de réclusion criminelle dont les deux tiers de sûreté et un suivi socio-judiciaire de cinq ans. À l’issue de trois jours d’audience, Bruno Russo a écopé de vingt ans de réclusion criminelle dont cinq ans de suivi socio-judiciaire. Il a fait appel de sa décision