La première séance de dédicaces de Miss France 2021 crée la polémique (vidéo)

FORUM
Première sortie polémique pour Amandine Petit.
Crédit: Facebook // Hélène Zannier, Députée de Moselle

4 janvier 2021 à 14h35 par A.L.

De nombreuses personnes, dont des élus locaux, ont vivement critiqué la visite d'Amandine Petit, Miss France 2021, devant une foule compacte dans un centre commercial de Moselle ce samedi.

Alors qu'Amandine Petit, Miss Normandie et Miss France 2021, a récemment poussé un coup de gueule en raison d'une usurpation d'identité la concernant sur Twitter, la première séance de dédicaces de la jeune femme vient de faire polémique. En effet, sa venue dans un centre commercial de Farébersviller, en Moselle, n’est pas passée inaperçue ce week-end. Alors que la crise sanitaire actuelle liée au coronavirus poussent les cinémas, les théâtres, les salles de spectacles, les parcs de loisirs, les restaurants ou encore les discothèques à fermer leurs portes, la rencontre d’Amandine Petit et de sa dauphine Miss Lorraine avec les fans a choqué le monde politique et le grand public.

"Aucune distanciation" 

"Les masques étaient présents, mais il n’y avait aucune distanciation", a déclaré ce dimanche Christophe Arend, député de la Moselle. "Je ne jette la pierre à aucun des citoyens présents, mais chacun doit prendre ses responsabilités (...)" a-t-il ajouté. "Est-ce que c’est du bon sens, après neuf mois de restrictions, de sevrage de culture, de restaurants, d’animations, de proposer un 2 janvier, alors qu’on vient de resserrer un tour de vis avec un couvre-feu à 18 heures, la venue de Miss France dans un centre commercial?", s’est-il interrogé. Même son de cloche du côté de la députée LREM de Moselle, Hélène Zannier : "Alors que nous faisons toujours de plus en plus d'efforts pour endiguer cette épidémie, s'est tenu un rassemblement sans distanciation suffisante dans un centre commercial (...) Je ne doute pas que la préfecture sera saisie", a-t-elle déploré.

Vives réactions et grande émotion en ces temps si difficiles pour tout le monde. Alors que nous faisons toujours de...

Publiée par Hélène Zannier, Députée de Moselle sur Samedi 2 janvier 2021

Sylvie Tellier s'explique

Face au tollé provoqué par cette visite, Sylvie Tellier a tenu à se défendre, assurant qu'Amandine Petit continuera d'assister à des événements publics, dans le respect des gestes barrières. "Enfermer Amandine chez elle, c'est non", a martelé la présidente du Comité Miss France dans les colonnes du journal Le Parisien. "Nous ferons exactement comme Clémence Botino l'a fait l'an passé. Nous avons participé à des événements, à des élections locales, régionales, nous avons répondu à des invitations pour des séances de dédicaces, toujours dans le respect des normes sanitaires [...] Il n'est pas d'actualité d'interdire à Amandine de se déplacer, d'aller à la rencontre du public…", a-t-elle déclaré. 

Selon les dires de Sylvie Tellier, le Comité qu'elle préside se contente seulement d'organiser "l'élection de Miss France et le retour de la Miss chez elle, une fois qu'elle a été élue". Les organisateurs des événements auxquels Amandine Petit est invitée doivent en  revanche "mettre en place toutes les structures nécessaires pour l'accueil du public". "Concernant la séance de dédicaces de samedi, nous ne sommes pas organisateurs. Nous avons accepté l'invitation du Républicain Lorrain. La gestion du public n'est pas de notre ressort. Mon collègue qui était sur place a constaté que toutes les mesures de sécurité et de distanciation sociale étaient mises en place. Nous travaillons depuis longtemps avec eux", a expliqué Sylvie Tellier.

Les explications du centre commercial

De son côté, le directeur du centre commercial a affirmé à Lorraine Actu qu'il "ne s’attendait pas à autant de monde". Il affirme néanmoins que la jauge de 3 125 clients imposée dans son établissement a été respectée et que ses équipes ont "tout fait pour demander au public de bien porter un masque, ce qui a été le cas"."La distance entre les gens n’était pas respectée", a-t-il admis, malgré "des macarons au sol pour tenir 1 mètre". "Si c'était à refaire, oui on renouvellerait l'opération", a-t-il néanmoins affirmé.

I