Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

La SPA contre les actes barbares

10 novembre 2017 à 15h43 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

La Société Protectrice des Animaux tape du poing sur la table et prévoit d’attaquer tous les actes barbares contre les animaux.

On le sait, cette année a été particulièrement mouvementée pour les associations qui luttent pour la cause des animaux. L’association L214 a montré plusieurs vidéos volées dans plusieurs abattoirs de France où les conditions étaient déplorables. C’était d’ailleurs le cas du côté de Limoges. Aujourd’hui, une autre association, la Société Protectrice des Animaux (SPA) souhaite s’attaquer aux corridas et autres tortionnaires de bêtes. La SPA a déclaré : "Les affichages, les pétitions, le travail que l'on fait auprès des politiques ont montré leurs limites. Nous allons donc agir sur un plan judiciaire pour faire évoluer la législation en France et nous commençons par la corrida qui perdure dans dix départements français au titre d'une exception culturelle’’.

Plainte ce jeudi

L’affront a commencé ce jeudi avec une plainte déposée ce jeudi 9 novembre à Paris pour les motifs suivants : ‘’sévices graves et actes de cruautés’’. Ces derniers concernent directement les toreros, les organisateurs et les municipalités qui autorisent les actes barbares sur les taureaux et les chevaux. La dernière plainte au tribunal de grande instance de Compiègne remonte au 6 novembre dernier où un cerf a été tué lors d’une chasse à courre dans une ville du département de l’Oise. On rappelle que d’après la loi, les auteurs risquent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

La Corrida en ligne de mire

" Acte barbare’’ est souvent associé à la corrida. La SPA rappelle que "La corrida est exécutée en trois étapes impliquant la pique, la banderille et la mise à mort, chaque étape visant à affaiblir considérablement le taureau en vue de provoquer une mort lente et douloureuse’’. La Société Protectrice des Animaux a pour ambition de faire comprendre à la justice qu’il faut être plus sensible aux animaux. Lors d’un sondage réalisé en avril dernier, l’Alliance anti-corrida avait recueilli 75% d’avis défavorables d’habitants résidants dans les dix départements français où les corridas sont autorisées.