Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La startup Biopythos sort sa jarre en céramique pour les viticulteurs

21 mai 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Exemple de jarre en céramique produite chez Biophytos
Crédit photo : ©Biophytos

Imaginez un vin qui ne contiendrait que des propriétés propres au raisin. Et rien d’autre. Pas d’arôme boisé comme peut l’apporter le tonneau de bois. Cette tendance de vinification est de retour depuis quelques années. A Limoges, une startup vient de lancer des jarres en céramique. Son nom : Biopythos.

Biopythos, c’est avant tout un concept innovant. Selon son créateur Michaël Lesvigne, l’idée de départ vient d’une collaboration avec une personne du monde viticole de la région de Bordeaux qui commercialisait des jarres, essentiellement en terre cuite ou en grès, issues d’Italie ou de Chine et d’autres faites artisanalement mais aux propriétés hétérogènes. Pour trouver plus d’homogénéité, Michaël a choisi d’utiliser un autre matériau bien connu dans la région de Limoges : la céramique, en raison de ses caractéristiques bien particulières :

Écouter le podcast

Cette technique de vinification à l’ancienne est très connue dans le monde entier. En Géorgie, l’Unesco l’a d’ailleurs inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturelle immatériel de l’humanité en 2013. Selon la revue du vin de France, son processus consiste à presser les raisins et à les verser (jus, peau, rafles et pépin) dans un kvevri (jarre géorgienne) avant de l’enfouir dans le sol afin de laisser le mélange fermenter cinq à six mois avant sa consommation. Dans le Limousin, le kvevri est troqué par la jarre en céramique. Est-ce mieux que le tonneau en bois ?

Écouter le podcast

Aujourd’hui, Biophytos est en pleine expansion. La startup, basée en Haute-Vienne à Bonnac-la-Côte, a des projets pour réaliser le même type de procédé avec les spiritueux et les bières. Pour le moment, elle est tournée vers le marché français et traite avec des professionnels du Bordelais, de Bourgogne, de Loire et de Champagne. Mais une exportation à moyen/long terme n’est pas à exclure.