Info locale

Le « téléphone grave danger » pour aider les Loirétaines victimes de violences

08 mars 2019 à 09h36 Par Lucie Claussin
Crédit photo : Pxhere ©

Aujourd’hui est la journée internationale des droits des femmes, l’occasion de pointer du doigt des chiffres alarmant.

En 2018, les femmes du Loiret ont été victimes de plus de 1300 violences intrafamiliales ou faites par d’anciens conjoints. Ces faits été enregistrés par les policiers et les gendarmes. Sans compter toutes les femmes qui n’ont pas déposé plainte et se taisent par peur. Si vous êtes victimes de violences au sein de votre foyer, parlez en à un proche ou appelez le 39 19.

Le département s’engage pour venir en aide aux femmes battues :

Une convention a été signée par la préfecture du Loiret en ce début de semaine, afin d’agir davantage au sujet de ces violences récurrentes. Les victimes seront encouragées à déposer plainte au détriment des mains courantes. Un TGD (téléphone grave danger) doté d’un bouton d’alerte, sera aussi mis à disposition des femmes à l’égard desquelles l’ex conjoint constitue une menace sérieuse. Les auteurs de violences qui échapperont aux comparutions immédiates seront aussi évincés du logement familial.

Des chiffres à l’échelle nationale :

Côté égalité, c’est pas encore tout a fait gagné. Selon des chiffres publiés par le site 8mars.info, 100 % des femmes se sont faites harcelées dans les transports, 8 femmes sur 10 sont confrontées au sexisme au travail, les femmes consacrent 1h30 de plus aux tâches ménagères par jour que les hommes, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon, une femme sur 10 déclare avoir subi un viol. Du côté du monde du travail, à compétences égales et au même poste, les femmes gagnent presque 20% de moins que les hommes.