Les joueuses du Fleury Loiret Handball saluent la nouvelle convention collective

FORUM
Les joueuses du Fleury Loiret Handball lors de la rencontre face à Bourg-de-Péage (Déc 2019).
Crédit: O.Parcollet Photographies / Fleury Loiret Handball

22 mars 2021 à 4h00 par Alicia Méchin

Une nouvelle convention collective dans le handball féminin a été signée le 15 mars dernier, garantissant les droits des joueuses. Les joueuses du Fleury Loiret Handball, dans le Loiret, saluent cette initiative.

C’est une première dans l’histoire du sport féminin en France. Une convention collective a été signée par l’Union des clubs professionnels de handball féminin, l’Association des joueurs professionnels de handball et le groupement des entraîneurs et des professionnels de la formation de handball, permettant alors d’organiser et garantir les droits des joueuses.

 

Maternité et compétition

Plusieurs mesures entreront alors en vigueur suite à cet accord, notamment concernant la maternité. Jusque-là, les joueuses bénéficiaient d’un maintien de salaire de trois mois en cas de grossesse. Avec cette nouvelle convention, la durée s’étale désormais sur 12 mois. Une mesure très bien accueillie par les joueuses du Loiret, dont Amina Sankharé, arrière de Fleury :

 

Écouter le podcast

 

En réalité, pour les joueuses orléanaises, cela ne changera pas vraiment leur quotidien. Le club de Fleury avait déjà imposé cette garantie, qui couvrait les joueuses jusqu’à 12 mois, en cas de grossesse.

 

Congés supplémentaires et revalorisation salariale

Cette nouvelle convention collective Dihane (pour Dialogue social, Innovation, Handball, parteNaires, fEminin) prévoit également d’aligner le nombre de semaines de congés des handballeuses sur celles de leurs homologues masculins. Elles bénéficieront désormais de 7 semaines de congés payés, au lieu de 6. Et comme le dit si bien Amina Sankharé, « ce n’est pas trop tôt » :

 

Écouter le podcast

 

Un article prévoit également de rehausser les rémunérations minimales des handballeuses de la Ligue Butagaz Energie. Elles passeront ainsi de 1 561 euros brut mensuels, à 1 650 euros. À noter également que le maintien du salaire sera également appliqué, en cas de blessures.