Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Les Moulins de Vindelle : le projet fou de passionnés d’Histoire !

23 juin 2018 à 21h00
Crédit photo : Moulins de Vindelle - Photo Bertin/Brandan

En quittant Angoulême, il faut emprunter la départementale D939 sur un peu plus de dix kilomètres, à travers champs, pour atteindre la commune de Vindelle et découvrir un endroit unique, hors du temps.

Dans le petit village, les 866 habitants connaissent ces vénérables moulins, posés sur des îles reliées par les ponts de la D406 entre Vindelle et Balzac. Ces constructions font partie du paysage : on trouve trace du premier moulin de Vindelle dès 1126, lorsque le propriétaire des terres, Hélie II de Jarnac, cède le bâtiment à un particulier.

En 2013, à la faveur d’une petite annonce annonçant la vente de la propriété comprenant dix pièces, bâties sur un terrain de près de 1500 m2, Monsieur Bertin et Madame Brandan en deviennent les propriétaires avec le projet fou de la restaurer. Ces vieux moulins sont restés inhabités depuis plus de 40 ans et sont, à l’époque, en état de ruine.

En avril 2016, au terme d’un long combat avec les administrations, l’acte d’achat est signé, la restauration des moulins de Vindelle peut commencer.

Des travaux longs et très coûteux

Si la restauration de ces moulins, traces exceptionnelles du passé, est un projet fabuleux, elle est également très coûteuse.

Pour Monsieur Bertin, à la tête du projet : « C’est, par exemple, un grand dilemme de choisir entre garder une roue qui date des années 1800, mais qui a souffert du manque d’entretien, ou la remplacer par des turbines. ». Il poursuit, « Nous avons, depuis le début, fait le choix de l’authentique donc la grande roue de 7.20 de diamètre restera en place et produira de l’électricité́, du moins la copie de cette roue, une rénovation aurait été trop coûteuse». L’argent est évidemment le nerf de la guerre : « nos investisseurs sont partis investir autre-part il nous faut en trouver d’autres ».

Le projet de rénovation de ces moulins demande donc encore du temps et de l’argent. Les maitres d’oeuvre recherchent actuellement des investisseurs pour que, comme le rappelle Monsieur Bertin, l’endroit ne soit plus considéré comme « la verrue de Vindelle ».

Pour contacter les propriétaires des moulins : [email protected]