Info locale

Les pharmaciens réclament de pouvoir vendre des masques alternatifs en tissu

07 avril 2020 à 13h46 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Une pharmacie parisienne.
Crédit photo : Commons - flightlog

L'Ordre des pharmaciens et les deux principaux syndicats de la profession ont demandé ce mardi 7 avril au gouvernement d'autoriser les officines à vendre au grand public des masques alternatifs en tissu.

Les pharmaciens souhaitent que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires pour leur permettre de distribuer des masques en tissu, indiquent l'Ordre des pharmaciens, et les syndicats FSPF et Uspo dans un communiqué. Pour cela, il faudrait que les masques alternatifs « soient inclus dans la catégorie des équipements de protection individuelle respiratoire », ou dans « la liste des marchandises pouvant être commercialisées en officine », expliquent ces trois organisations. « Cette possibilité permettrait de s'adapter à l'évolution de la position du gouvernement », souligne la présidente de l'Ordre des pharmaciens, Carine Wolf-Thal.

Un encadrement des prix ?

Vendredi dernier, après un avis de l'Académie de médecine en faveur du port obligatoire d'un masque, le directeur général de la santé Jérôme Salomon avait en effet « encouragé le grand public, s'il le souhaite, à porter des masques, en particulier ces masques alternatifs ». Mais le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé ce mardi qu'il n'y avait « aucune recommandation du port d'un masque à l'heure actuelle ».

Les syndicats se disent également favorables à un encadrement des prix de ces masques non sanitaires, comme pour les gels hydroalcooliques. Concernant les masques sanitaires, comme les masques chirurgicaux ou FFP2, ils restent quant à eux réservés aux professionnels de santé et impossibles à acheter en pharmacie pour le grand public.

(Avec AFP)