Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Limoges : elle louait sa maison à des prostituées

01 décembre 2017 à 14h58 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

La police de Limoges a découvert un réseau de prostituées venant d’Espagne. Une limougeaude de 46 ans est impliquée dans l’affaire pour avoir prêté sa demeure.

En général, on ne voit ce genre de scène que dans des films, mais cette fois-ci il s’agit bien de la réalité. Un réseau de prostitution a été démantelé dans un pavillon du côté de Limoges. Une cinquantaine de prostituées venant d’Amérique du Sud (brésiliennes, colombiennes mais aussi paraguayennes) ont été découvertes à l’intérieur du logement. Le plus étonnant est qu’une femme de 46 ans, originaire de la ville, a prêté sa demeure à ces jeunes femmes. Elles exerçaient leur pratique dans un studio au rez-de-chaussée du pavillon.

L’enquête a été ouverte après les coups de téléphone intempestif d’une prostituée. Cette dernière avait reproché à la propriétaire de prêter son lieu. Un client a reconnu avoir eu une relation sexuelle tarifée avec l’une d’entre elles dans ce pavillon limougeaud. Les nombreux va-et-vient dans la demeure ont également mis la puce à l’oreille des enquêteurs. L’adresse de la maison est d’ailleurs très facile à retrouver sur internet et elle était relativement connue des prostituées. La police a sévit et a placé la quadragénaire en garde à vue. Elle sera jugée par le tribunal de Limoges, a-t-on appris le 24 novembre dernier. Avec ce type de proxénétisme "hôtelier’’, la limougeaude encourt la peine maximale de dix ans de prison, mais aussi une amende de 750 000 euros.

Lors des perquisitions menées par la police, une importante somme d’argent a pu être découverte. La loueuse était pleinement consciente de ce qu’il se passait au sein même de son pavillon.

En juin dernier déjà, un réseau de prostitution avait été démantelé à Limoges. Huit ressortissants sud-américains avaient été arrêtés et placés en garde à vue. L’enquête remontait en juillet 2016, où plusieurs allées et venues, avaient été remarqués dans un immeuble du secteur Aristide Briand.