Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Limoges : les étudiants de l’IRFSS galèrent pour se stationner

16 novembre 2017 à 15h18 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

Les étudiants de l’IRFSS de Limoges sont pris au piège avec le stationnement autour de leur école. Ils souhaitent négocier un bas coût pour le futur parking.

Ne vous étonnez pas si vous ne trouvez pas de places autour de la rue Sismondi de Limoges ces temps-ci. Elle est souvent bondée de véhicules de jeunes étudiants les journées. Et justement, certains d’entre eux vivent un véritable calvaire s’ils arrivent dans les derniers pour se stationner. Les élèves de l’Institut régional de formation sanitaire et sociale (IRFSS) se garent, pour là-plupart, sur les trottoirs autour de leur école, ce qui est formellement interdit. Cette situation dure maintenant depuis plus de dix années.

Une amende de 135 euros

Lors de l’arrivée de la police, il se met en place une sorte de jeu du "gendarme et du voleur’’, puisque les étudiants se ruent pour changer de place afin de ne pas se faire verbaliser. Être garé sur le trottoir est interdit et cela peut coûter très cher au portefeuille, surtout quand on connaît le budget moyen d’un étudiant. Aujourd’hui, l’amende encourue est de 135 euros et les forces de l’ordre passent beaucoup plus souvent.

Un parking payant ?

Auparavant, un parking devait voir le jour en même temps que l’école. Malheureusement, le prix était beaucoup trop élevé pour la Croix-Rouge en 2011 : 200 000 euros pour 50 places. Actuellement, certaines voitures squattent le terrain vague d’un propriétaire. Des négociations sont en cours pour en faire un parking payant, mais à bas prix. Quand au nombre de places, le mystère plane tout comme le coût de l’entrée du futur parking. Pour l’heure, le jeu du chat et de la souris est toujours d’actualité entre les étudiants et les policiers. En septembre 2014, l’IRFSS Centre avait rejoint le pôle santé à Chambray-lès-Tours. Il avait trouvé une solution pour pallier son manque de parking. L’école avait lancé sa propre plateforme de covoiturage en attendant que les places de stationnement ne soient terminées.