Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Limoges : un jeune tué à l’arme blanche au Val de l’Aurence

15 novembre 2017 à 11h20 Par Benoit Billot
Crédit photo : Wikimedia commons

Un jeune de 19 ans a été grièvement blessé à la cuisse par plusieurs individus lundi soir. Il a finalement succombé à ses blessures.

Une autre affaire bien sombre vient ternir l’image du quartier du Val de l’Aurence à Limoges. Ce lundi 13 novembre aux alentours des 22 heures, un jeune homme de 19 ans a été attaqué alors qu’il se trouvait avec un ami dans sa voiture. A l’arrivée des policiers dans la rue Joliot-Curie, ils constatent que l’une des deux victimes est grièvement atteint à la cuisse droite et perd beaucoup de sang.

Quels sont les faits ?

Alerté par les cris, les secours sont arrivés rapidement sur les lieux. D’après les premiers éléments de l’enquête, les deux jeunes ont été sauvagement attaqués par un groupe d’individus. A priori, ils étaient entre 7 et 10 personnes dans ce groupe. Le jeune majeur de 19 ans a succombé à ses blessures vers minuit au CHU de Limoges. Il présentait une importante blessure à l’entrejambe qui lui a été fatale. L’artère fémorale a été touchée. Quand à l’autre homme, il a été blessé au niveau du crâne, mais de manière moins importante puisque son état n’était pas considéré comme critique. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un règlement de compte. La police judiciaire de Limoges est chargée de l’enquête. A l’heure actuelle, les agresseurs sont toujours dans la nature.

Nouveau drame dans un quartier limougeaud

En juin dernier, un jeune de 17 ans avait perdu la vie dans le quartier de La Bastide à Limoges. Cette fois-ci, ce n’est pas à l’arme blanche mais avec une arme à feu que le drame s’était produit. Le défunt avait été touché au buste et au bras droit par des plombs d’un fusil de chasse par son agresseur du même âge. Le drame est survenu après une querelle entre les deux jeunes. Le tireur s’était rendu à la police et aucune rivalité de quartier n’avait été relevée dans cette affaire puisqu’ils provenaient tous les deux de la Bastide.