Info locale

Limousin : le plastique, c’est vraiment fantastique ?

14 juin 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : Pixabay

Le gouvernement a annoncé ce mercredi sa ligne de conduite concernant la transition écologique. Le plastique sera l’un des combats de ces prochaines années. Une matière qui a envahi notre quotidien et qui est aujourd’hui remise en cause. Le plastique, est-ce si fantastique ? Éléments de réponses avec l'entreprise Reviplast, basée à Couzeix, en Haute Vienne.

Ce mercredi 12 juin, Edouard Philippe a présenté de nouvelles mesures en faveur de la transition écologique. Le Premier ministre prévoit notamment en septembre la présentation du projet de loi contre le gaspillage. Il prévoit entre autre de bannir les produits en plastique jetable des administrations en 2020 et de renforcer la suppression du plastique à usage unique, en interdisant les boîtes en plastique non recyclables. Lors de son intervention, l’ancien maire du Havre a déclaré qu’il souhaitait fixer « un objectif de 100% de plastique recyclé ». Thierry Dufourcq est le patron de Reviplast, une entreprise de Couzeix spécialisée dans le recyclage de plastique. 100% de plastique recyclé, est-ce un objectif réaliste ?

 

Écouter le podcast

 

De nombreuses études ont démontré que le plastique pouvait être dangereux pour l’environnement mais aussi pour notre santé. Pourquoi continue-t-on alors d’en utiliser à outrance ?

 

Écouter le podcast

 

Pour Thierry Dufourcq, c’est au consommateur d’être responsable de ce qu’il achète. C’est à lui de prendre conscience qu’il pollue lorsqu’il jette un sac en plastique dans la rivière et non pas l’industriel qui a produit le plastique. Le chef d’entreprise pointe également du doigt les politiques qui enchaînent les effets d’annonce sans prendre la mesure de ce qu’ils racontent :

 

Écouter le podcast

 

Et tout objet créé n’a pas forcément vocation à être recyclé. Exemple avec les gobelets cassés :

 

Écouter le podcast

 

L’entreprise Reviplast ouvre régulièrement ses portes pour accueillir du public et mettre en avant son activité. Grâce à cet échange, elle met un terme à certaines idées reçues concernant le plastique. Son patron invite d’ailleurs le parti politique des Verts à venir discuter d’environnement avec lui. L’invitation est lancée.