Info locale

Niort : le nombre de plaintes des pisseurs de glyphosate va encore augmenter

26 juin 2019 à 16h27 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : Pixabay

La campagne de dépistage du glyphosate dans les urines se poursuit. Et à chaque retour d’analyse, c’est la même déconvenue. Les participants possèdent presque tous du glyphosate (en faible quantité) dans leurs organismes. De nouvelles plaintes sont envisagées.

Les pisseurs de glyphosate des Deux-Sèvres vont se rendre le vendredi 5 juillet au palais de justice de Niort. Ce jour-là, ils déposeront plainte contre X, entre autres pour empoisonnement mais aussi pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteinte à l’environnement. Selon la Nouvelle République, lors de leurs analyses, les plaignants ont découvert la présence du pesticide dans les urines. Une nouvelle campagne de prélèvements est organisée ce samedi à Parthenay au parc des sports L’Enjeu.

En France, Emmanuel Macron avait fait savoir qu’il souhaitait mettre fin au glyphosate et plus globalement que le pays allait réduire de 50% l’utilisation des pesticides d’ici à 2025. Mais Bruxelles a finalement renouvelé l’homologation de cette molécule controversée pour cinq ans. Autre problème : nombreuses sont les filières et exploitations qui ne peuvent se passer du pesticide actuellement. Certaines pourraient même obtenir des dérogations à l’objectif de sortie prévu pour fin 2020 par le chef de l’Etat.