Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Orléans : Éric Dupont-Moretti mise sur la prévention pour éviter les faillites

10 septembre 2020 à 18h54 Par Alicia Méchin
Le ministre de la justice et garde des Sceaux, Éric Dupont-Moretti était en déplacement à Orléans (Loiret) ce jeudi 10 septembre.
Crédit photo : Rédaction/ Alicia Méchin

Le ministre de la justice et garde des Sceaux, Éric Dupont-Moretti était en déplacement à Orléans (Loiret) ce jeudi 10 septembre. Au cœur des discussions : la prévention et l’accompagnement des entrepreneurs en difficulté, par les tribunaux de commerce.

« Notre pays traverse une crise économique » ; le ton est donné lorsqu’Éric Dupont-Moretti prend la parole face aux journalistes ce jeudi au tribunal d’Orléans. Le garde des Sceaux est venu prévenir de la difficulté qui attend les chefs d’entreprises dans les mois à venir. « Mon rôle (…) c’est de faire en sorte que la justice protège les entrepreneurs, les artisans, les agriculteurs, les professions libérales, tous ceux qui vont se retrouver dans la difficulté économique ».

Si le discours se voulait un tant soit peu alarmiste, le ministre a surtout voulu se montrer rassurant. Car il existe un certain nombre de procédures de prévention qui ne sont pas connues, et pas utilisées, et qui permettent d’éviter qu’il ne soit trop tard. En clair, il ne faut pas avoir peur ou honte de franchir les portes d’un tribunal de commerce :

 

Écouter le podcast

 

L’exemple orléanais

 

Pour corroborer son discours, Éric Dupont-Moretti a pris en exemple le groupe Villemain, entreprise de tailleurs de pierres à Saint-Cyr-en-Val, qu’il a visité un peu plus tôt dans la journée. Ce spécialiste en rénovation de monuments a bénéficié d’un plan de sauvegarde, comme le rappelle le garde des Sceaux :

 

Écouter le podcast

 

Le ministre de la justice espère donc débloquer un champ d’actions d’ici janvier 2021, et mobiliser l’ensemble des acteurs pour assurer une « justice de proximité ». L’objectif étant donc d’éviter l’engorgement des Tribunaux de commerce et les liquidations judiciaires.